La filière Transport-Logistique peut compter sur France Logistique et la filière du GNV pour organiser le soutien des entreprises, à l’approche de la reprise de l’activité. Plusieurs propositions fortes ont été formulées auprès du gouvernement pour organiser le rebond de tout le secteur. Découvrons ensemble ce dont il s’agit !

La crise du Covid-19 a touché de plein fouet le secteur Transport-Logistique, en raison de la réduction drastique de l’activité industrielle, des contrôles aux frontières et des nombreuses mesures de confinement. D’autre part, la structuration de la demande sur le marché a été profondément bouleversée, avec une hausse significative des besoins en matière de transport de matériel médical notamment. A l’approche du déconfinement, le secteur apparaît largement bouleversé, fragilisé, c’est pourquoi France Logistique, porte-voix des acteurs du transport et de la logistique auprès des pouvoirs publics, se mobilise pour proposer un plan de relance urgent. Créé le 8 janvier 2020, ce jeune acteur est actuellement dirigé par Anne-Marie Idrac, ancien Secrétaire d’État aux Transports (1995-1997) et au Commerce extérieur (2008-2010). Dans ce contexte de crise, la filière GNV et bioGNV a également décidé de faire entendre sa voix pour accompagner la relance économique tout en favorisant la transition énergétique vers les énergies durables. Elle formule 4 propositions fortes pour soutenir toute la filière, et l’accompagner vers un retour progressif à la normale. Découvrons ensemble leurs propositions respectives pour faciliter la reprise de l’activité dans les mois à venir !

 

Les 7 axes de relance pour relancer l’activité selon France Logistique

covid-plan-de-relance-france-logistiquePour bâtir son plan de soutien, France Logistique a réuni l’ensemble des organisations professionnelles membres fondateurs, dont l’AFILOG, l’ASLOG, l’AUTF, la FNTR, l’OTRE et l’Union TLF. L’ensemble de ces acteurs se sont accordés sur la formulation de 7 principaux axes soumis aux pouvoirs publics :

  1.  Préserver à court terme la trésorerie des entreprises de la chaîne logistique
  2. Renforcer la capacité d’adaptation de la chaîne logistique aux besoins des entreprises dans la période de relance
  3. Favoriser les activités de transit de nos ports et sécuriser leur fonctionnement
  4. Reconquérir nos approvisionnements aériens
  5. Permettre au fret ferroviaire et fluvial de jouer pleinement leur rôle
  6. Favoriser l’optimisation de la distribution urbaine et réduire son empreinte carbone
  7. Encourager la construction d’entrepôts sur le sol national pour accroître notre indépendance logistique.

L’objectif est de bâtir un plan de soutien à la filière qui soit en accord avec les axes présentés ci-dessus, pour garantir son efficacité, et gagner du temps. Dans un récent communiqué, France Logistique qualifie la crise du Covid-19 de « choc d’une violence inédite ». Dans le même temps, France Logistique a sollicité la tenue d’un CILOG (Comité interministériel de la Logistique) dans les meilleurs délais, présidé par le Premier Ministre, qui s’y était engagé. Celui-ci devrait avoir lieu au mois d’avril.

 

 

Les propositions de la filière du GNV / bioGNV pour bien amorcer la relance du secteur

 

covid-plan-de-relance-gnv

 

L’AFGNV (l’Association Française du Gaz Naturel Véhicules) se mobilise pour favoriser la reprise du secteur tout en gardant une attention particulière à la transition énergétique. L’objectif est de parvenir à une solution de mobilité alternative au Diesel, tout en demeurant économiquement attractive.

L’AFGNV a réalisé 4 propositions majeures pour encourager la transformation de la flotte des entreprises vers le GNV classé Crit’Air 1 et dont les bénéfices sur les émissions de CO2 sont renforcés par l’utilisation du BioGNV.

  1. Remplacer le suramortissement sur les véhicules GNV supérieurs ou égaux à 2,6 tonnes, inopérant en temps de crise, par un crédit d’impôt. Cette mesure concernerait toutes les entreprises dans l’objectif de relancer les ventes de véhicules propres et permettre aux acquéreurs de réduire leurs charges d’exploitation grâce à un carburant plus économique. Une enveloppe de 30 millions d’euros en 2020, 2021 et 2022 serait envisagée.
  2. Étendre le crédit d’impôt aux véhicules GNV inférieurs à 2,6 tonnes pour les TPE et les artisans. Cette mesure concernerait les entreprises jusqu’à 10 salariés et les artisans. Une enveloppe de 10 millions d’euros en 2020, 2021 et 2022 serait envisagée.
  3. Débloquer une aide à l’investissement dans une station GNV ou BioGNV privative. Cette mesure serait destinée aux professionnels afin de favoriser le déploiement des véhicules propres en facilitant l’accès à l’avitaillement et tirer la filière des installateurs et équipementiers. Une prise en charge de 10% du coût de la station (avec un plafond à 100 000€ par station) est envisagée en 2020, 2021 et 2022.
  4. Maintenir la transition écologique amorcée dans les transports publics. Cette mesure vise à maintenir les objectifs de l’article 37 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte concernant les autobus et les autocars. Plus concrètement, il s’agirait d’orienter une partie du plan de relance vers les Autorités Organisatrices de la Mobilité. Ainsi, cela permettrait de garantir les investissements actuels dans la modernisation des dépôts et des matériels roulants. L’objectif est de mobiliser les investissements nécessaires pour atteindre les objectifs de la LTECV dans les délais initialement prévus.

L’ensemble de ces mesures participent au formidable effort de solidarité et de soutien à l’œuvre depuis le début de la crise du Covid-19, pour permettre aux entreprises du secteur Transport-Logistique de traverser la crise économique à venir dans les meilleures conditions possibles.

Share This