Logistique en entreprise : comment inclure une politique de développement durable ?

La prise de conscience écologique impacte — à juste titre — toutes les strates de la société. La réduction de l’empreinte carbone doit devenir un objectif prioritaire aux échelles institutionnelle, collective et personnelle. Évidemment, la dimension écologique tient une importance croissante au sein de l’entreprise. C’est même devenu un élément essentiel dans le bon fonctionnement de la logistique et de la Supply Chain. Depuis quelques années, cet impératif est exigé par une part croissante de consommateurs, ainsi que par des législations de plus en plus strictes. D’ailleurs, l’investissement des entreprises vers un environnement plus durable constitue aujourd’hui un réel avantage concurrentiel.

Comment développer une politique de logistique durable en entreprise ? Quels leviers peuvent être actionnés pour parvenir à atteindre un objectif éthique, tout en optimisant les aspects stratégiques et économiques ? Voici quelques éléments de réponse.

Comment combiner logistique et développement durable ?-1

Logistique durable : la définition

La logistique durable a pour objectifs de réduire l’impact des activités d’une entreprise sur l’environnement. Pour ce faire, l’entreprise doit réduire l’empreinte carbone de ses produits tout au long de leur cycle de vie. Par ailleurs, la mise en place d’une politique de logistique durable représente un avantage concurrentiel certain pour une entreprise. Les actions qu’elle mène ajoutent de la valeur à sa marque et lui permettent de se démarquer. De plus, l’entreprise doit se mettre en conformité avec une réglementation qui prône une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une condition indispensable pour accéder à certains marchés.

Bien sûr, la logistique durable en entreprise combine la réduction de son impact environnemental avec les autres objectifs traditionnels de la logistique :

  • fluidifier les interactions entre les services, avec les fournisseurs, les distributeurs, les prestataires, etc. ;
  • optimiser la performance de l’entreprise pour fournir des produits de haute qualité ;
  • planifier chaque action au sein de la Supply Chain, de manière à satisfaire les clients ;
  • anticiper les opportunités et les éventuelles contraintes qui pourraient impacter le fonctionnement et le rendement de l’entreprise ;
  • atteindre l’équilibre entre la réduction des coûts de production et l’optimisation des ventes, de la satisfaction client et de l’image de l’entreprise.

Si les grands groupes sont conscients des enjeux de la logistique durable, de nombreux progrès restent à accomplir. La mise en place d’une politique logistique doit en effet être globale, de la planification à la gestion des flux, en passant par la chaîne de distribution.

Logistique et développement durable : jauger l’impact environnemental de son entreprise

Selon le site « Le monde de l’énergie« , 8 % des émissions de gaz à effet de serre proviendraient de la logistique de transport. Et encore, cette mesure ne concerne que le transport routier et le transport fluvial. La logistique dans son ensemble, de l’approvisionnement à la distribution, sans oublier la production, tient une grande part de responsabilité dans le réchauffement climatique.

Plusieurs outils sont placés à disposition des entreprises afin qu’elles évaluent leur impact sur l’environnement, notamment le bilan carbone. Cet outil calcule les émissions de gaz à effet de serre causées par l’entreprise. Les différents indicateurs de mesure qui composent cette étude servent à mieux planifier la future logistique durable souhaitée par l’entreprise. Une fois la politique mise en place, le bilan carbone mesure les progrès de l’entreprise. Ces chiffres pourront bénéficier à la stratégie marketing de l’entreprise, pour améliorer son image de marque auprès de ses clients et salariés.

Comment combiner logistique et développement durable ?-2

Inclure le développement durable dans l’ensemble d’une chaîne logistique

Une grande partie de la logistique durable concerne l’approvisionnement en marchandises et la distribution des produits finis, par le biais des chaînes de transport. Toutefois, l’ensemble des maillons de la Supply Chain sont améliorables, dans l’optique de réduire son impact environnemental.

Les achats de marchandises

La logistique durable s’intègre aux différents achats de marchandises nécessaires au cycle de production. La mise en place d’une politique stricte pour choisir les fournisseurs doit s’effectuer. Il faut notamment privilégier les partenariats avec les fournisseurs locaux, ceux qui disposent de labels ou de certifications environnementales. Il s’avère indispensable de garder un œil avisé sur leurs actions en faveur de l’environnement.

Le cycle de production

Lors du processus de transformation des marchandises, il faut veiller à réduire l’impact environnemental au maximum. Par exemple, la logistique durable peut traquer les éventuelles pertes d’énergie. La mise en place d’une économie circulaire peut entrer dès le cycle de production : les déchets de l’entreprise peuvent parfois servir de marchandise à une autre société. Le passage à des technologies plus propres peut également se mettre en place.

L’emballage des produits finis

Le choix de l’emballage a un impact conséquent sur la politique de logistique durable de l’entreprise. Les pistes d’amélioration concernent principalement le recours à des matériaux d’emballage plus écologiques et recyclables, à la réduction de la taille des emballages, etc. L’optimisation du taux de remplissage peut aussi réduire les besoins en emballage.

L’emplacement et la gestion des stocks

La réduction de l’impact sur l’environnement d’une entreprise passe aussi par l’optimisation de la performance énergétique des locaux (passage à une énergie renouvelable, récupération des eaux pluviales, etc.). Les certifications comme Breeam (à l’international) ou HQE (norme française) peuvent mesurer l’efficacité énergétique des bâtiments. Le choix de l’implantation des plates-formes influence le niveau des émissions de gaz à effet de serre (proximité avec les transports en commun, les fournisseurs, une zone portuaire ou ferroviaire, etc.).

Autre axe d’amélioration : la gestion minutieuse des stocks. La rationalisation des espaces et l’automatisation de la gestion des flux logistiques représentent une source d’économie importante, tant sur le plan environnemental que sur celui des coûts.

La distribution et le transport des produits finis

Sans aucun doute, le transport représente le point névralgique de la logistique durable. En attendant l’arrivée des biocarburants et le développement de l’électrique dans le domaine du transport, de nombreuses améliorations peuvent être effectuées grâce à la logistique :

  • optimisation des tournées de livraison : amélioration du taux de remplissage des véhicules, arrêt des retours à vide ;
  • développement du transport combiné : cette politique logistique prône la multiplicité des transports pour la distribution à longue distance. Le but est de réduire le transport routier, le mode de distribution qui impacte le plus l’environnement. Ce dernier ne serait réservé qu’aux parcours d’approche jusqu’à un mode de transport moins consommateur en énergie grise (fluvial et ferroviaire). Enfin, les camions se chargeraient de conclure l’acheminement des produits sur les derniers kilomètres ;
  • location à longue durée de la flotte automobile à un prestataire : l’entreprise investit sur un service plutôt que sur un produit. Elle privilégie un prestataire qui valorise les moyens de transport en fin de vie (recyclage, revente à l’occasion, etc.) ;
  • la formation à l’écoconduite.

La gestion des déchets et le recyclage

Le recyclage et la valorisation des produits en fin de vie représentent deux processus cruciaux à développer dans la logistique durable. Les pistes à explorer n’en sont qu’à leurs prémices :

  • optimisation du tri des déchets (formation du personnel) ;
  • utilisation d’emballages réutilisables ;
  • valorisation des retours produits et des outils en fin de vie ;
  • mutualisation des ressources (les déchets d’une entreprise deviennent les marchandises d’une autre) ;
  • récupération de l’énergie lors de l’élimination des déchets (lors d’une incinération) ;
  • etc.

Quoi qu’il en soit, le développement durable est un enjeu tout à fait compatible avec une gestion logistique efficace et pérenne en entreprise.

Nous vous recommandons ces autres pages :