La logistique verte : définition, enjeux et objectifs

Les entreprises du secteur logistique sont plus que jamais face à de nombreux défis à relever : satisfaire les exigences de plus en plus élevées des clients et répondre à l’urgence climatique. En effet, les différents types de logistique sont en première ligne pour la mise en place de solutions qui visent au développement d’une chaîne logistique durable et plus douce pour l’environnement.

Si le domaine du transport est celui qui est le plus souvent pointé du doigt pour son impact environnemental, nous allons constater que l’ensemble de la chaîne logistique peut agir pour devenir plus vert et plus responsable. Quelles sont les solutions existantes et les idées nouvelles à envisager ? Comment transformer ce qui s’apparente à des contraintes en avantages concurrentiels et en réduction des coûts ?

Qu'est-ce que la logistique verte ?-1

Qu’est-ce que la logistique verte ?

La logistique verte se définit par les démarches et les solutions visant à réduire l’impact environnemental d’un produit ou d’un processus en entreprise. Plus qu’une tendance, la logistique verte est un virage écologique qui doit englober tout le cycle de vie des marchandises, de leur production à leur livraison aux clients, en passant par leur conception, leur approvisionnement ou leur stockage en entrepôt.

De fait, c’est tout un secteur professionnel qui est encouragé, incité ou contraint par la loi et l’opinion publique, dans le but d’adopter des solutions logistiques menant à une gestion durable et responsable de la Supply Chain.

En effet, le transport routier et la réduction des émissions carbonées ne sont pas les uniques leviers sur lesquels il est possible d’agir pour limiter l’impact écologique des flux de marchandises. Comme nous allons le constater, les objectifs que peuvent ou doivent se fixer les entreprises logistiques s’inscrivent dans une vision beaucoup plus large : la sélection des fournisseurs et des partenaires, le management, la conception des entrepôts de stockage, la consommation de ressources non renouvelables, la préparation et le mode de livraison des commandes des clients, ou encore la gestion des emballages et des déchets.

Les objectifs multiples de la logistique verte

L’écologie est au cœur de la logistique verte, avec pour objectif principal de faire de chaque entreprise logistique un acteur engagé vers des démarches, des actions et des choix prenant en compte des critères environnementaux. Cependant, la logistique verte s’étend également à des enjeux commerciaux et concurrentiels.

Les principaux objectifs de la logistique verte sont donc les suivants :

  • la réduction de l’empreinte environnementale, avec la mise en place de solutions pratiques pour consommer moins de ressources et moins d’énergie, mais aussi pour moins polluer à chaque étape de la vie des produits (matières premières utilisées pour la production, approvisionnement, emballage, stockage, livraison, recyclage) ;
  • la réduction des coûts logistiques, avec des entreprises qui se fixent des objectifs écoresponsables visant à limiter leur consommation de ressources, de fournitures et d’énergie, et ce, pour y trouver une source de réduction de leurs coûts de fonctionnement tout en évitant le gaspillage ;
  • l’amélioration de l’image de marque, car une entreprise engagée dans la logistique verte, preuves concrètes à l’appui, peut communiquer sur ce point et séduire de nouveaux clients.

Comme nous l’avions annoncé, les objectifs de la logistique verte peuvent être perçus par certains comme des normes supplémentaires et des contraintes qui s’ajoutent à celles déjà existantes. Toutefois, il convient de ne pas négliger l’opportunité majeure qui se présente aux entreprises du secteur, leur offrant la possibilité de dynamiser leurs ventes en communiquant leur engagement à des consommateurs de plus en plus sensibles au sort réservé à l’environnement. L’adoption d’une démarche écologiquement responsable peut donc être un avantage concurrentiel.

Il existe cependant une frontière qu’il est préférable de ne pas franchir : le greenwashing, ou écoblanchiment. Effectivement, les entreprises tentées par le fait de donner une image trompeuse de l’impact réel de leurs activités peuvent subir un retour marketing négatif. Les consommateurs, qui donnent la priorité aux arguments écologiques au moment du choix de leurs achats, sont également ceux qui sont en mesure de pousser leur logique responsable jusqu’à la vérification de la véracité des campagnes de communication. Les réseaux sociaux sont réputés pour leur capacité à s’enflammer sur certains sujets, au point de nuire à l’image de marque des entreprises prises en flagrant délit de greenwashing.

Il est donc préférable d’agir d’abord, puis de communiquer sur ses actions, et non l’inverse.

Qu'est-ce que la logistique verte ?-2

Les leviers d’action

L’importance et la variété des activités de la chaîne logistique font que le rayon d’action de la logistique verte est immense et qu’il peut être subdivisé en différentes catégories.

L’approvisionnement des marchandises

Il est possible, pour les entreprises logistiques de favoriser la collaboration avec des fournisseurs et sous-traitants ayant adapté leurs processus de production de façon à limiter l’utilisation de ressources polluantes. Il en va de même pour la fin de vie des produits et leurs possibilités de recyclage, qui doivent être améliorées.

Par ailleurs, en faisant le choix de fournisseurs français ou européens, sinon locaux, il est plus aisé de s’assurer de la conformité des actions environnementales, tout en limitant le coût du flux et du transport des marchandises et des fournitures.

Les emballages

La problématique des emballages utilisés pour la livraison jusqu’au client final est un point central, qui affecte également le secteur du transport. En effet, il n’est plus à démontrer que les emballages sont, le plus souvent, trop grands par rapport aux produits et aux marchandises qu’ils contiennent. Cette mauvaise gestion des contenants se traduit par des véhicules de transport n’étant pas remplis de façon optimale et transportant beaucoup de vide à l’intérieur des cartons et autres emballages.

De fait, la mise à disposition d’un plus large choix de tailles d’emballages aux préparateurs de commandes est conseillée, tout comme la préférence d’emballages réutilisables ou facilement recyclables.

Le transport des marchandises et la livraison des commandes aux clients

Principal responsable des émissions carbonées, le transport est un enjeu majeur de l’évolution de la Supply Chain. Hormis le choix de véhicules plus propres, plus récents et plus performants, il est intéressant de chercher des solutions pour améliorer le remplissage des véhicules et l’organisation des tournées de livraison.

Plusieurs options se présentent : le transport ferroviaire, le développement de solutions de gestion numériques et connectées, la formation à l’écoconduite, ou encore le recours au transport intermodal. L’intermodalité du transport permet d’optimiser les moyens mis en œuvre pour les flux sur de grandes distances (maritime + ferroviaire + routier).

Pour les distances plus courtes, notamment la livraison du dernier kilomètre, il est désormais indispensable de s’orienter vers les multiples plateformes implantées à proximité des grandes métropoles, de façon à confier l’acheminement des commandes jusqu’aux clients. La livraison s’effectue avec des véhicules électriques ou des vélos cargo, dont l’impact environnemental est beaucoup plus doux pour des villes déjà saturées.

L’entrepôt et les infrastructures logistiques

Une part très importante des activités logistiques se déroule dans l’entrepôt où sont stockées les marchandises en attente de vente et de livraison aux clients.

Dans le cas d’un entrepôt déjà existant, la marge de manœuvre se limite à l’entreprise de travaux de rénovation, en vue d’améliorer la consommation d’énergie et la formation des collaborateurs qui doivent acquérir une meilleure gestion des ressources, des fournitures et/ou des consommables. Le mode de management des équipes tient donc un rôle déterminant sur ce point.

En revanche, lors d’un projet de construction d’un entrepôt logistique neuf, il est devenu obligatoire de prendre en considération plusieurs aspects écologiques, tels que la préférence pour la lumière naturelle ou les éclairages basse consommation, le recours à des systèmes automatisés de gestion des stocks et des emplacements de stockage, ou encore la parfaite isolation du bâtiment.

Nous vous recommandons ces autres pages :