La logistique de grande distribution : un ensemble de spécificités

Il existe différents types de logistique. Certains sont dédiés à des métiers à forte spécialisation (médical, produits de luxe, logistique militaire, etc.). Trop souvent, la confusion entre logistique et transport ou stockage est effectuée. Pourtant, nous le verrons, le transport, le stockage, les processus de préparation de commande, de transit des flux physiques et d’information, ainsi que la gestion de l’approvisionnement sont autant de constituantes de la logistique.

Nous essayerons de définir succinctement ce qu’est la logistique pour mieux en dessiner les contours et donc mieux saisir ce qu’elle représente. Ensuite, nous approfondirons sur les spécificités liées à la grande distribution. Enfin, nous pourrons évoquer des exemples d’applications de méthodes logistiques pour la grande distribution ainsi que les difficultés qui en dépendent.

Quelles sont les spécificités de la logistique en grande distribution ?-1

La logistique, un ensemble de spécialisations

Lorsque l’on parle de logistique, cela concerne :

  • la gestion du transport ou de la livraison ;
  • le stockage et les entrepôts ;
  • la manutention ou les services de préparation de commande ;
  • la chaîne de production et l’ordonnancement ;
  • la gestion des flux de marchandises ;
  • etc.

En réalité, le mot logistique regroupe l’ensemble de ces données, car c’est ce qui organise et structure la totalité des opérations qui permettent de livrer un produit ou un service au client, aux prix et délais convenus avec un niveau de qualité respecté. Cela inclut donc la gestion de l’ensemble des flux physiques et informatifs de l’approvisionnement jusqu’à la livraison et en incluant le SAV lorsqu’il existe.

Par extension, on parle parfois également de « supply chain » lorsque l’étendue logistique considérée ne se limite pas à une seule entreprise, mais à un ensemble d’acteurs. On peut alors parler d’une couverture logistique qui s’étend du fournisseur jusqu’au client du client. Cette considération est croissante avec la mondialisation des échanges et les spécialisations des entreprises, qui doivent faire face à des marchés de plus en plus concurrentiels.

La logistique de grande distribution, une organisation de pointe

La grande distribution fut, avec l’industrie automobile, une pionnière de l’optimisation logistique. Elle a dû rapidement répondre à des problématiques variées et apporter des réponses pointues pour satisfaire un marché exigeant et mouvant.

La pluralité des attentes client

Au début des grandes surfaces (années 60 en France), la vente se limitait aux produits de consommation courante. Le concept était de réunir dans un même local les services de certains métiers tels que :

  • boucher, charcutier ;
  • boulanger ;
  • épicier ;
  • poissonnier ;
  • etc.

Puis, rapidement, les clients ayant pris goût à avoir l’ensemble de ces services au même endroit, la demande s’est étendue sur :

  • les produits de ménage et d’entretien (droguerie) ;
  • les marchandises de bricolage (quincaillerie) ;
  • les activités et produits de culture (librairie, disquaire, etc.) ;
  • etc.

Au-delà du débat sur la raréfaction des petits commerces, cette diversification sur un temps très court (moins de 30 ans) a contraint toute entreprise de grande distribution à adapter sa logistique pour pouvoir répondre aux exigences du marché. Car acheter, stocker, transporter, et distribuer des biens aussi diversifiés impose de lourds investissements et la mise en place d’un savoir-faire de pointe. Par exemple, certaines grandes entreprises de distribution ont dû créer des plateformes dédiées selon le type de produits : plateforme pour produits frais et surgelés, plateforme pour produits secs, plateforme pour produits de la mer, etc.

Les critères de saisonnalité

Comme d’autres métiers, la grande distribution est soumise aux aléas saisonniers :

  • augmentation des volumes de jouets et de produits de la mer à Noël ;
  • chocolats de Pâques ;
  • produits estivaux (fruits, viande de barbecue, etc.).

C’est donc une logistique diversifiée et dynamique qu’il faut pouvoir mettre en place afin de pouvoir répondre aux fluctuations des demandes des clients. Dans l’exemple des chocolats de Pâques, on peut aisément comprendre que calibrer la chaîne logistique (achats de marchandises, transport, entrepôt de stockage, services de livraison, etc.) pour une courte période sur l’année, c’est autant de complexité à rajouter et de coûts à maîtriser pour pouvoir satisfaire une demande ponctuelle.

La reverse logistique, un modèle maîtrisé

Dans le cas de la grande distribution, les partenariats avec les industriels sont très poussés et cela fait partie intégrante de la supply chain. Sans refaire ici le débat sur les relations entre producteurs et distributeurs, il faut comprendre que réussir à s’imposer sur un marché aussi lourd impose une vision plus globale de la stratégie logistique. Il faut donc savoir transcender la relation classique entre fournisseur et client et réussir à collaborer étroitement avec les acteurs en présence, qu’ils soient en production ou en distribution.

Reprenons l’exemple des chocolats de Pâques. Aucune grande surface ne peut manquer de chocolat à Pâques, ni en quantité, ni en qualité. Pour autant, lorsque Pâques se termine, il reste des stocks conséquents et il faut savoir quoi faire de tels produits non vendus. La loi du 11 février 2016 sur la lutte contre le gaspillage alimentaire et le bon sens imposent de ne pas perdre de tels surplus. C’est alors une logistique inversée qui s’amorce afin de réussir à faire « remonter » vers les fournisseurs une partie de ces marchandises tout en mettant parallèlement en place la gestion des opérations marketing, pour continuer à vendre un produit dont la saisonnalité n’est plus d’actualité.

De telles stratégies imposent un savoir-faire prédictif pour l’estimation des ventes, conjugué à une logistique pointue en matière de délais et un fort pouvoir de négociation en amont. L’anticipation et la préparation sont les clés de la réussite de telles actions.

Quelles sont les spécificités de la logistique en grande distribution ?-2

Les outils concrets de la réussite logistique

Réussir le pari de la logistique en grande distribution, c’est réussir simultanément sur deux axes.

La compétence des équipes

Avant tout, une entreprise de grande distribution, c’est un ensemble de services qui tendent vers un même objectif : la satisfaction du client. Pour se faire, il est important de réussir à former ses équipes pour qu’elles restent toujours à l’écoute de l’évolution des besoins de ce marché exigeant. Par exemple, l’arrivée des produits culturels et informatiques au sein des grandes surfaces a nécessité la formation de personnel aux spécificités de tels produits.

La logistique nécessite d’avoir du personnel compétent et formé aux nouvelles techniques et méthodes de la grande distribution.

La technologie reste une clé de voûte de la logistique

La technologie de l’information a évolué et a permis aux métiers de la grande distribution de croître en performances. Les échanges de données informatisées (EDI) ont permis de diminuer les stocks de manière drastique ainsi que les délais de livraison. Les technologies d’identification (RFID, codes barres, etc.) ont apporté un gain de fiabilité permettant d’optimiser les stocks ainsi que les temps de passage en caisse.

Aujourd’hui, les logiciels logistiques professionnels (WMS, TMS, ERP) ont révolutionné les métiers de nombreux secteurs, dont celui de la grande distribution. Ils ont permis :

  • la spécialisation sans perdre la pluralité ;
  • le gain de fiabilité tout en maintenant des prix concurrentiels ;
  • l’adaptabilité à une demande évolutive (arrivée des produits bio à DLC courte) tout en assurant des volumes immenses.

Grâce à la combinaison du savoir-faire humain et de la performance des outils de gestion des flux d’information, la grande distribution est devenue un modèle de compétence logistique. Elle sait réunir des aptitudes de pointe pour un marché diversifié ayant des volumes importants et avec un maillage géographique complexe. Elle incarne l’ensemble des contraintes logistiques fortes ainsi que leurs solutions innovantes.

Nous vous recommandons ces autres pages :