Optimisation logistique : le rôle à jouer de la robotique

La présence de la robotique dans la logistique s’est accrue ces dernières années. Aux nouvelles technologies mises au service de l’optimisation logistique s’est ajoutée la crise sanitaire, accélérant les besoins en matière de soutien robotique. En effet, la pandémie a entraîné l’explosion du e-commerce. Dans un entrepôt, les opérations se multiplient de façon exponentielle et se complexifient. Par ailleurs, elles requièrent toujours plus d’agilité et d’efficacité. Comment répondre à cette demande, sachant que les délais de livraison se raccourcissent et que l’exigence des clients s’accroît ? Grâce à la robotique.

La robotisation des flux et des différentes zones se modernise sans cesse dans le but de gagner en productivité, ainsi que de répondre aux problématiques actuelles (notamment environnementales). L’optimisation logistique opère sa plus grande mue. Mais, comment utiliser la robotique dans l’optimisation logistique pour dépasser ses objectifs ?

Comment utiliser la robotique dans l'optimisation logistique ?-1

Que viennent faire les robots dans l’optimisation logistique ?

Dans la logistique, le terme « robot » désigne un système ou une machine autonome et qui agit sur les flux de marchandises. Les robots tiennent des rôles divers, mais leur but reste invariablement le même : augmenter la productivité des opérations au sein d’un entrepôt. Grâce aux nombreuses avancées technologiques — et au concours d’une pandémie — les robots prennent de plus en plus d’importance dans l’optimisation logistique. Aujourd’hui, l’ensemble de la Supply Chain bénéficie de la robotique : réception des marchandises, stockage et gestion des stocks, préparation des commandes et même expédition des marchandises. Le phénomène n’est pas près de s’estomper : des études prévoient que le chiffre d’affaires dans le secteur de la robotique logistique atteindra 51 milliards de dollars. Concrètement, les bénéfices apportés par les robots dans la Supply Chain sont pléthoriques.

Pourquoi utiliser la robotisation dans l’optimisation logistique ?

L’automatisation et la robotique sont au cœur de la logistique de nombreuses entreprises. Parmi les plus renommés figure Amazon, qui utilise un robot nommé Cartman. Ce dernier identifie un objet, s’en saisit et se déplace avec grâce à la navigation laser. Même constat chez Alibaba, dont les robots peuvent soulever plus de 500 kg. Alors, que peuvent apporter les robots dans un entrepôt ?

Pour ne parler que des deux types de robots cités ci-dessus — les « cobots », contraction des mots « collaboratif » et « robots » — ils effectuent des tâches de manière répétitives. Mais contrairement aux robots d’ancienne génération, les cobots font appel aux sciences cognitives. Par exemple, ils sont capables de différencier deux objets. En bref, la collaboration entre le robot et l’être humain permet de répondre plus rapidement aux besoins des clients. L’objectif est également de limiter la pénibilité au travail et d’éviter les accidents, tout en accroissant la productivité. À terme, la consolidation de la robotique dans l’optimisation logistique pourrait même créer de nouveaux emplois. Même si la multiplication des robots d’entrepôt suscite, pour l’heure, quelques inquiétudes. À l’heure actuelle, les robots remplissent pourtant des tâches qui ne laissent pas penser à un remplacement des êtres humains. Au contraire, la robotique vient les soutenir, en même temps qu’elle optimise l’ensemble de la Supply Chain.

Comment utiliser la robotique dans l'optimisation logistique ?-2

Comment utiliser les robots dans l’optimisation logistique ?

Il existe une multitude de robots destinés à l’entrepôt pour accélérer les processus et réduire les coûts de logistique. Tous les secteurs de la Supply Chain sont concernés. Voici quelques robots utilisés en logistique, répartis selon leur domaine d’intervention.

Les robots dans la réception et l’expédition des marchandises

Les tâches de réception puis d’expédition des marchandises sont répétitives et parfois pénibles pour l’être humain. Certains robots logistiques peuvent prendre le relais pour charger et décharger les palettes des camions, sans aucune aide de l’opérateur. Par ailleurs, les robots peuvent orienter les marchandises vers des convoyeurs automatiques afin de gagner en rapidité.

Les robots de stockage

Les systèmes de stockage automatisés tels que les transstockeurs pour bacs (miniload) ou pour palettes se distinguent en raison de leur capacité à stocker et extraire les marchandises des rayons. Ces robots logistiques se déplacent dans les allées de stockage afin de déposer ou retirer les palettes ou les bacs. Pour les volumes plus conséquents en termes d’entrées et de sorties de marchandises, la logistique peut également miser sur le Pallet Shuttle automatique. Ce système de navettes se déplace directement sous les canaux de stockage et répond à une tablette centrale, capable de commander une quinzaine de navettes en simultané. Cette solution fait gagner un temps précieux lors du chargement et du déchargement des palettes.

Les robots pour la préparation des commandes

Les solutions de bras robotiques sont conditionnées pour faciliter le « picking », c’est-à-dire l’opération qui consiste à déplacer un produit d’un emplacement à un autre. Il existe également des systèmes de stockage automatique pour bacs qui combinent un transstockeur miniload avec des convoyeurs pour bacs. Ceux-là acheminent directement la marchandise aux postes de préparation des commandes. Ils emmènent donc directement le produit vers l’humain (méthode du « goods-to-person »).

Les robots transporteurs internes de marchandises

Des robots mobiles autonomes (AMR) se déplacent pour transporter les marchandises entre plusieurs zones de l’entrepôt. Pour ce faire, ils bénéficient de l’intelligence artificielle et du machine learning. De même, certaines entreprises utilisent des véhicules VGA (véhicule à guidage automatique) pour les déplacements internes.

Déjà utilisé pour le stockage, le convoyeur à palettes ou à bacs peut également faciliter le déplacement des produits dans l’entrepôt. Il suffit d’optimiser le circuit qui relie les différentes zones de l’installation. Enfin, des chariots automatiques peuvent également se déplacer le long d’un rail électrifié fixé au sol, ou suspendu en hauteur.

Les robots de transport

Cette catégorie est en plein développement. Récemment, les livraisons à l’aide de drones ont débuté aux États-Unis. Ce mode de transport assez écologique demeure toutefois au stade expérimental. Si les avantages s’avèrent conséquents sur les réductions des coûts et de l’empreinte carbone, l’autonomie des drones limite leur champ d’action aux zones urbaines à proximité de l’entrepôt. Par ailleurs, les drones peuvent également être utilisés pour les déplacements internes. De plus, la législation sur la circulation des drones reste encore à établir sur le point des livraisons. Quant aux véhicules autonomes, ils représentent le prochain développement des robots de transport.

D’autres systèmes de robotique interviennent au sein d’un entrepôt, notamment dans l’entretien. La robotique demeure indispensable dans la quête d’optimisation logistique. La collaboration entre l’être humain et le robot entraîne une meilleure productivité. De plus, l’automatisation permet aux êtres humains de se déléguer des tâches les plus pénibles, répétitives. Ils se concentrent ainsi sur celles à plus forte valeur ajoutée. L’apport de ses solutions automatisées entre en corrélation avec d’autres nouvelles technologies, comme le machine learning, l’intelligence artificielle, le big data ou l’IIoT (Internet industriel des objets). Celles-ci ne font qu’améliorer les robots logistiques, entraînant une révolution dans les entrepôts. Plus que jamais, le futur de la logistique s’écrit avec la robotisation.

Nous vous recommandons ces autres pages :