Aucune mutation économique n’a, jusqu’à présent, bouleversé le secteur Logistique comme le e-commerce. Massification des flux, nouvelles solutions de livraison, digitalisation des entrepôts sont autant de nouveaux sujets au cœur des préoccupations des entreprises.

 

L’explosion du e-commerce et d’internet a considérablement bouleversé les habitudes de consommation de la population. Choisir, personnaliser, acheter, retourner et échanger n’a jamais été aussi simple. Le e-commerce bouleverse considérablement le monde des retailers, mais aussi celui de la supply chain. La rapidité et la multiplication des échanges oblige chaque acteur à repenser chaque étape de ses processus internes : réception, stockage, picking, colisage, expédition, suivi des livraisons, etc. Aussi, de nouvelles solutions de livraison et des entrepôts de tailles jusqu’à présent inégalées se multiplient. Se nouent également des enjeux règlementaires, notamment dans les milieux urbains densifiés. Dans ce contexte nouveau et inédit, comment les acteurs du secteur Transport & Logistique s’adaptent-ils ? Découvrons ensemble comment le e-commerce est en train de bâtir le nouveau visage de la supply chain !

 

La massification et la personnalisation des flux obligent les entreprises à repenser leurs processus internes

 

e-commerce-supply-chain-livraison

 

La multiplication et la complexification des flux de livraison obligent les entreprises à être sur tous les fronts. Pour cela, la livraison omnicanale devient un nouveau levier de croissance. Les flux partent désormais de l’entrepôt jusqu’aux magasins, au domicile des consommateurs, dans des bureaux, des points relais, des consignes, etc.

On estime que 1,5 milliard de colis seront expédiés chaque année à l’horizon 2030. Les colis sont de plus en plus petits, et davantage personnalisés. Cet éclatement des flux n’est pas sans conséquence sur la logistique et sur la mobilité.

La stratégie omnicanale a un impact majeur en termes de création de valeur sur l’ensemble de la chaîne de distribution. L’objectif est de se rapprocher du modèle pure-player capable d’imposer des standards d’excellence dans tous les domaines. Cela passe par la gestion des colis magasins et e-commerce dans un même entrepôt selon la volumétrie des produits (petits, moyens et gros). Le recours à des prestataires externes est limité aux activités soumises à des fluctuations saisonnières importantes. Les entrepôts purement logistiques sont complétés par un service après-vente le plus près possible de l’agglomération, dans une logique de proximité avec les bassins de vie. Les entrepôts doivent également être plus proches des grands hubs de transports, des aéroports et des grands axes routiers afin de générer des économies d’échelle sur les coûts de transport.

 

La livraison est au cœur des bouleversements de la chaîne logistique

 

La livraison concerne l’acheminement des marchandises de l’entrepôt vers les magasins physiques, ainsi que vers le domicile des clients. 88% des produits achetés en ligne peuvent être livrés à domicile ou au lieu de travail de l’acheteur. 86% d’entre eux peuvent l’être dans un point relais. Le click&collect est présent pour 38% des achats, et favorise les ventes additionnelles (cross selling).

De nouveaux modes de livraison sont actuellement à l’étude, à l’image des véhicules autonomes afin de livrer le client final plus rapidement, optimiser les flux logistiques, réduire les coûts des entreprises et la pollution. La multiplication des consignes situées dans des lieux publics ou le click&reserve en magasin sont autant de nouvelles possibilités laissées aux consommateurs.

 

Un entrepôt automatisé et structuré, adapté aux exigences du e-commerce

e-commerce-reinvente-supply-chain-entrepot

 

Le stockage optimisé permet de répondre à l’augmentation de la consommation en ligne. Deux types d’entrepôts se développent pour y faire face : les méga-entrepôts supérieurs à 60 000 mètres carrés, et les entrepôts à étage. Ces derniers doivent se situer le plus près possible des agglomérations afin de généraliser la livraison dans la journée. Il permet de sectoriser les espaces de stockage, de picking et limite l’espace nécessaire pour le chargement des véhicules. Par exemple, l’entrepôt Amazon de Brétigny-sur-Orge construit par Virtuo ou la future plateforme de distribution Paris Air2 Logistique (63 000 m2) louée à Ikea et Leroy Merlin située à Gennevilliers (Vailog) font office de pionniers sur le territoire français.

L’automatisation des entrepôts est désormais possible à l’aide de suites logicielles type Warehouse Management System incluant la réception, l’entreposage, la préparation, la gestion de stock, l’expédition, l’inventaire et la gestion des volumes.

 

La logistique est l’un des premiers secteurs à avoir été disrupté par le numérique. L’essor du e-commerce au cours des dix dernières années et ses perspectives de croissance engendrent une augmentation des flux de marchandises et des volumes de livraison, plaçant la supply chain au cœur des préoccupations des acteurs du secteur.

Share This