La nécessité d’innover a imposé le management du changement au coeur des priorités des entreprises depuis plusieurs années. Le gérer efficacement nécessite une véritable expertise. Découvrez comment mettre en place un management véritablement favorable au changement au coeur de votre entreprise.

Le contexte économique et financier mondial à l’échelle globale oblige les entreprises à être plus agiles pour répondre aux variations de l’offre, de la demande ou à la volatilité des marchés. Conduire le changement n’est plus seulement un avantage concurrentiel, mais bien une condition essentielle pour assurer la pérennité de vos activités. Depuis plusieurs années, les processus corporate sont remplacés de plus en plus rapidement, au profit de solutions nouvelles et plus efficaces. C’est pourquoi il est nécessaire d’inclure le changement dans l’ADN de l’entreprise, en passant par un bouleversement des mentalités de vos salariés. Malgré les résistances récurrentes et parfois puissantes, mettre en place un véritable management du changement demeure la meilleure solution. Il n’y a plus de temps à perdre pour faire face à l’accroissement de la concurrence sur les marchés.

 

Qu’est-ce que le management du changement ?

Le management du changement désigne l’ensemble des processus qui permettent à une entreprise de prévenir et corriger l’ensemble des externalités négatives pouvant influencer son activité. Plus simplement, il s’agit de l’ensemble des opérations effectuées au sein de son organisation et de son fonctionnement pour lui permettre de s’adapter constamment à son environnement.

La qualité du management est cruciale pour dynamiser les salariés, et susciter leur envie de créer, d’innover, de concourir au succès de l’entreprise. Il en va de l’intérêt commun de toutes les équipes.

le-management-du-changement-collaborateur

Le plus souvent, il faut impulser le changement lors de l’arrivée d’un nouveau manager, au moment de l’adoption de nouveaux process ou lorsque l’entreprise subit une réorganisation de son fonctionnement. Aussi, certains facteurs externes peuvent forcer la conduite du changement tels que la modification imprévue des équipes ou l’apparition d’une nouvelle réglementation. Au final, la culture de l’entreprise est le reflet de celle de ses employés.

Quels sont les principes du management du changement ?

Il s’articule autour de principes fondamentaux parmi lesquels il est possible de distinguer :

  • L’adhésion et l’acceptation du changement par les équipes. Faites oeuvre de pédagogie pour limiter les réticences de certains collaborateurs, qui préféreront toujours l’inertie, par souci de confort ! Les résistances sont naturelles, bien qu’elles soient défavorables à la stabilité de l’entreprise. Gérer le changement, c’est avant tout gérer des émotions.
  • Une communication intelligente et appuyée pour convaincre vos collaborateurs du bien fondé de votre projet. La répétition est la base de la pédagogie, c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à adresser des notes synthétiques et précises sur la teneur de vos ambitions. Soyez à leur disposition pour répondre à leurs questions. Le management du changement est un travail d’équipe, et la persistance de trop fortes réticences peut mettre à mal l’existence du projet à moyen terme.
  • La coordination des équipes s’appuyant sur les influenceurs les plus efficaces. Les managers les plus appréciés au sein de l’entreprise doivent servir de relais auprès de l’ensemble des équipes.
  • Engager le changement au bon moment. Ne bouleversez pas les habitudes de vos équipes dans une période agitée sur le plan commercial et économique. Au contraire, profitez d’une accalmie saisonnière (la saison d’été par exemple) pour modifier vos processus, en prévision des bouleversements qui interviendront dans le futur.

le-management-du-changement-communication

Comment faire face aux résistances ?

Privilégiez le dialogue à toute forme d’opposition, en répondant clairement à toutes les questions de vos interlocuteurs. Il se peut qu’un manque de pédagogie ou d’information soit la cause des réticences. N’hésitez pas à diffuser un manuel explicatif à l’ensemble de vos équipes. Certaines entreprises vont jusqu’à organiser des séances de coaching avec des intervenants extérieurs.

Proposez au salarié de faire entendre sa voix et de s’impliquer directement dans le processus, plutôt que de l’ostraciser. Certaines oppositions frontales peuvent créer des dégâts importants dans l’entreprise, en générant des rapports de forces hautement nuisibles. Faire émerger les idées innovantes au cours d’un brainstorming est une manière efficace de pratiquer un management inclusif.

Quelles sont les mauvaises pratiques à éviter ?

Parmi les pièges dans lesquels il ne faut pas tomber, nous pouvons relever :

  • Ne soyez jamais juge et parti, afin de conserver une crédibilité intacte.
  • Ne communiquez pas seulement sur les objectifs de votre projet, mais bien sur les bénéfices que chaque salarié pourra ressentir individuellement.
  • Ne donnez pas le sentiment de poursuivre un objectif individuel ou intéressé. Associez toute l’entreprise à votre projet, et mettez en place de véritables processus clairs de mise en oeuvre puis de suivi à court et moyen terme. Adoptez un fonctionnement en mode « gestion de projet ».
  • N’oubliez pas d’apporter tout votre soutien aux équipes, en leur faisant comprendre que vous savez bien qu’il est parfois difficile de changer ses habitudes.
  • Enfin, une absence de communication est souvent fatale.

Le management du changement est donc indispensable pour permettre à l’entreprise de relever les grands défis contemporains auxquels elle fait face au quotidien. Il passe par la mise en place d’une véritable culture incluant le changement au cœur de ses valeurs. Facilement mesurables, les bénéfices apportés par le changement à l’échelle d’une entreprise permettent d’améliorer sa compétitivité sur le long terme.

Share This