Les troubles musculo squelettiques font partie des pathologies les plus récurrentes dans les plateformes logistiques. De nombreux salariés en souffrent suite à des ports de charges ou des opérations de manutention à risques. Voici comment mieux protéger la santé de vos salariés.

Les troubles musculo squelettiques (TMS) sont des maladies multifactorielles, apparaissant souvent à la suite de postures de travail contraignantes ou à des gestes répétitifs. Il s’agit bien de la première cause des maladies professionnelles en France, et en particulier dans le secteur logistique. En effet, les salariés de ce type d’entreprises sont plus souvent touchés par les accidents du travail que la moyenne nationale. En réalité, réduire l’exposition aux troubles musculo squelettiques est un enjeu social majeur, humain et économique : en limitant le nombre d’arrêts maladie, vous améliorez le fonctionnement général de votre entreprise. Pour vos salariés, l’amélioration des conditions de travail est une avancée non négligeable. Les activités d’entreposage, de transport, le colisage ou le picking sont les tâches les plus à risque.

 

Comment mieux prévenir les troubles musculo squelettiques dans votre entreprise ?

 

Les conséquences négatives du développement des troubles musculo squelettiques sont nombreuses : absentéisme, turn-over, reclassement des victimes d’accidents, ruptures dans la chaîne de fonctionnement de la supply chain, retards dans l’exécution des commandes clients, etc. Les postes les plus exposés sont les préparateurs de commandes, les caristes, l’ensemble du personnel chargé de la gestion des palettes, des déchets, de la maintenance des outils mais aussi des postes de secrétariat et d’encadrement.

 

troubles-musculo-squelettiques-personnel

 

De nombreux rapports ont fait émerger des listes d’outils à prendre en compte pour réduire les TMS :

  • Les OREGE désignant les Outils de repérage et d’évaluation des gestes
  • Le RITHM (Recueil d’Informations sur les Troubles liés à l’Hypersollicitation des Membres supérieurs)
  • Les rapports de APACT (Association pour la Prévention et l’Amélioration des Conditions de Travail)

Voici quelques mesures faisant consensus, simples à appliquer :

  • Auditez chaque étape de la supply chain pour lister et comprendre chaque situation impliquant un risque de TMS
  • Associez toutes vos équipes dans la démarche au cours d’un brainstorming général, impliquant aussi les représentants du personnel
  • Rédigez un code de bonne conduite et une charte de prévention des risques professionnels
  • Bâtissez un protocole d’intervention en cas de survenance d’un accident
  • Consacrez du temps pour suivre la bonne application des mesures, et restez à l’écoute de vos salariés pour les améliorer au fil du temps.

Mais surtout, il convient de prendre le temps d’analyser votre entreprise sous toutes ses coutures, pour résoudre chaque situation à risque : activités réalisées par les salariés, culture managériale, environnement de travail, adaptation des infrastructures, exposition à des matières ou produits dangereux, rythmes de travail, etc.

 

Quelles sont les clés pour réussir à limiter les troubles musculo squelettiques dans votre entreprise ?

 

Pour mettre toutes les chances de votre côté, mobilisez toute la direction générale autour de ce projet, les managers, les institutions représentatives du personnel, et les salariés.

 

troubles-musculo-squelettiques-pratiques

 

Construisez une véritable démarche de communication pour créer une dynamique

Elle ne se limite pas à la simple évocation des enjeux ayant trait aux TMS, mais doit provoquer une véritable prise de conscience en sensibilisant chaque manager, jusque dans l’ADN de l’entreprise.

 

Observez ce qui se fait ailleurs

Prenez exemple sur les entreprises proactives sur ces sujets. Le plus souvent, les grands groupes sont les premiers concernés et ont rédigé des chartes détaillant leurs préconisations concrètes pour éviter de tels désagréments.

Les acteurs institutionnels sont également des partenaires de qualité pour vous aider à construire votre nouvelle politique : l’INRS, la CNAM-TS ou les DIRECCTE sont souvent des interlocuteurs de qualité.

 

Construisez des objectifs ambitieux mais réalistes

La prévention des TMS doit être un objectif rentable pour l’entreprise. Une corrélation existe entre la maintenance préventive, la rentabilité, la diminution des pannes, les interruptions de travail, et le bien-être des salariés. Ainsi, votre politique constituera un véritable avantage concurrentiel.

 

Coordonnez vos actions et veillez à la bonne application des mesures décidées

La phase opérationnelle est absolument cruciale : soyez attentifs à la rigueur de vos managers dans la bonne diffusion et exécution des mesures choisies. Cela permet d’éviter de faire des travaux en double, et d’être mieux organisé face à tous vos éventuels interlocuteurs (mutuelle, médecine du travail, etc.)

Pour les plateformes logistiques, les troubles musculo squelettiques sont la source de nombreuses difficultés : des restrictions médicales pour leurs employés, des accidents à répétition suite à une exposition trop importante, un taux de panne de machines trop élevé, etc. Leurs coûts sont difficiles à évaluer, mais ils s’élèvent rapidement à plusieurs dizaines de milliers d’euros. A ces coûts directs s’ajoutent d’autres impacts financiers moins calculables mais autant préjudiciables à l’activité de l’entreprise : pertes de temps, de production, absentéisme,etc., qui altèrent ses performances économiques.