Les EPI sont des éléments clés pour assurer la sécurité des salariés, et diminuer les risques professionnels. Les employeurs sont dans l’obligation d’en fournir à leurs salariés dans certaines circonstances.

Le secteur logistique est plus accidentogène que la moyenne des autres secteurs à l’échelle nationale : les accidents du travail y sont plus réguliers, et leur intensité est plus forte ! Cette situation tend à se dégrader avec l’intensification des cadences et l’ouverture des marchés à l’échelle mondiale. Dans ce contexte, la supply chain concentre tous les remèdes, et toutes les sources de pression. Elle gère les approvisionnements des rayonnages, le stockage, le  picking, le colisage, le chargement et l’expédition des marchandises. Elle est un levier considérable d’améliorations opérationnelles et de réduction des coûts. Tous les types de risques tels que les risques de manutention manuelle, la manipulation d’engins, la circulation interne et les risques psychosociaux font partie de l’univers quotidien des travailleurs. Heureusement, les équipements de protection individuelle protègent les salariés, et diminuent le risque d’accidents du travail. Découvrons ensemble toutes les obligations à remplir par l’employeur pour mieux assurer la sécurité de ses salariés grâce aux EPI.

 

Existe-t-il des règles pour la conception et la fabrication des EPI ?

 

equipement-protection-individuelle-obligation-employeur-epi

 

Un EPI pour la protection est toujours conçu selon un cahier des charges exigeant et précis. Il est encadré par un certain nombre de certifications strictes. Sauf exceptions, les règles techniques de conception sont édictées dans les normes européennes. Elles déterminent des exigences de performance à respecter pour chaque type de produit. Ainsi, on distingue trois catégories d’EPI :

  • Catégorie I : les EPI associés à un niveau de risque minime ou facilement identifiable. Ils sont auto certifiés par le fabricant. Ce dernier signe une déclaration sous sa propre responsabilité pour certifier la conformité du matériel. C’est la procédure appliquée pour la conception des lunettes de soleil, des gants de protection, etc.
  • Catégorie II : les EPI associés à un niveau de risque élevé. Dans ce cas, un organisme agréé notifie que l’EPI respecte les normes de la commission européenne. Il s’agit de la procédure appliquée pour les casques de protection, les vêtements de haute visibilité, etc.
  • Catégorie III : les EPI associés à un niveau de risque grave ou mortel. Ils subissent un examen des normes CE diligenté par un organisme agréé et une procédure complémentaire avec intervention d’un organisme notifié. Il doit garantir le système CE ou le système d’assurance qualité CE de la production avec surveillance. C’est le cas pour les appareils de protection respiratoire, ou contre les chutes en hauteur.

 

Comment l’employeur s’assure-t-il de la conformité réglementaire des EPI ?

 

equipement-protection-individuelle-obligation-employeur-norme

 

De son côté, l’employeur ne doit laisser aucune question au hasard, lorsqu’il s’agit de la protection de ses salariés. Pour attester de la conformité des EPI aux règles techniques de conception et aux procédures de certification, le fabricant appose sous sa responsabilité un marquage de conformité. Il est matérialisé par le sigle « CE ». Pour les EPI de catégorie III, le marquage CE est suivi du numéro de l’organisme notifié intervenant dans la procédure complémentaire. Cela est valable pour tous les équipements fabriqués au sein de l’Union Européenne.

Cependant, soyez vigilant car, en dépit des mesures de surveillance du marché par les autorités publiques, il arrive que des EPI marqués CE ne respectent pas les règles techniques de commercialisation. Il convient donc de vérifier la qualité du matériel lors de chaque achat. En cas de défaillance, une résolution de la vente et une alerte des autorités doivent être mises en œuvre. En tout état de cause, l’employeur ne doit pas mettre à disposition des salariés des EPI dont il doute de la conformité.

 

Quelles sont les obligations que l’employeur doit respecter en matière de conformité des EPI lors de leur utilisation ?

 

equipement-protection-individuelle-obligation-employeur-protection

 

Tout au long de la vie des EPI, ils doivent être impérativement maintenus en état de conformité avec les règles techniques officielles. Chacun possède une notice d’instructions détaillées, précisant toutes les instructions de stockage, d’emploi, de nettoyage, d’entretien, de révision et de désinfection à respecter.

Certains EPI ont une date de péremption, qu’il est impératif de respecter. C’est notamment le cas des casques de protection, des filtres de protection respiratoire, etc. Un EPI détérioré doit être immédiatement remplacé.

On ne badine pas avec la sécurité ! Les EPI ont une importance particulière en logistique, compte tenu de la force des enjeux de sécurité dans ce secteur. Le calcul du taux de fréquence peut d’ailleurs vous aider à prévenir les accidents professionnels. Quid de l’achat de matériel d’occasion ? Lorsque les EPI d’occasion sont remis sur le marché, ils sont soumis aux règles imposées pour les EPI neufs. Ils doivent donc être conformes aux règles techniques qui leur sont applicables et être accompagnés de la notice d’instructions. N’attendez plus pour équiper vos salariés, assurer leur sécurité et améliorer les performances de votre chaîne logistique !