Les risques professionnels sont récurrents dans le secteur logistique, et doivent être prévenus très efficacement pour préserver la santé des salariés et les performances de la chaîne logistique. Le taux de fréquence est un outil indispensable pour y parvenir dans les meilleures conditions.

Les entreprises du secteur logistique évoluent dans un milieu hautement concurrentiel : la satisfaction des clients nécessite souvent de grands efforts, au détriment de la santé des salariés présents tout au long de la supply chain. Les cadences de travail ne cessent de s’accélérer, en raison de la mise en concurrence de tous les acteurs à l’échelle du monde. Les métiers de la logistique sont davantage impactés que la moyenne en matière de risques professionnels, et la gravité des incidents est nettement plus élevée qu’ailleurs. De nombreuses opérations sont nécessaires, et le processus logistique se décompose en de multiples interventions : approvisionnement des rayonnages, stockage, picking, colisage, chargement, expédition, etc. Les manutentions manuelles et les nombreux déplacements sont autant de facteurs de risques pour les salariés. L’utilisation d’outils et de machines parfois tranchants, puissants ou en mouvement accroissent ces risques. Pour résoudre cette difficulté, il est nécessaire d’observer un certain nombre d’indicateurs clés afin de mieux comprendre et prévenir les risques professionnels. Le taux de fréquence en fait partie, c’est pourquoi nous vous proposons de comprendre ensemble tous les enjeux relatifs à ce KPI essentiel.

 

Qu’est-ce que le taux de fréquence dans le secteur logistique ?

 

taux-de-frequence-logistique

 

Le taux de fréquence conventionnel des accidents avec arrêt mesure généralement la quantité d’accidents survenus avec arrêt de travail supérieur à 1 jour, pour 1 million d’heures travaillées durant une période donnée (une année le plus souvent). Il permet concrètement de mesurer la fréquence des accidents du travail survenant dans une entreprise.

Le taux de fréquence est calculé par la formule suivante : (nombre d’accidents survenus/heures totales travaillées) *1 000 000

Il ne doit pas être confondu avec l’indice de fréquence, qui représente le nombre total d’accidents du travail pour 1 000 salariés.

Il peut être décliné dans chaque département de votre entreprise (stockage, expéditions, etc.) et doit être comparé avec les performances des autres entreprises. Ainsi, vous connaîtrez l’efficacité de votre politique de prévention des risques professionnels. S’il est plus élevé qu’ailleurs, il convient de recenser tous les accidents survenus, et d’en identifier les causes. D’un point de vue général, toutes les entreprises du secteur logistique ont intérêt à bâtir une véritable politique de prévention des risques professionnels, et ce quel que soit les types de risques.

 

Comment évoluent les accidents du travail en logistique ?

 

taux-de-frequence-accident

 

D’après les statistiques communiquées par l’Assurance maladie, dans le secteur du transport et de la logistique, le taux de fréquence est de 30. Cela signifie qu’on recense en moyenne 30 accidents du travail par million d’heures travaillées. A titre comparatif, tous secteurs confondus à l’échelle nationale, le taux de fréquence est de 24,3.

Dans le transport et la logistique, les accidents du travail sont en léger repli, avec près de 3 500 accidents recensés chaque année. Les prestataires logistiques regroupent un poids d’accidents plus élevé que le poids de l’emploi qu’il représente à l’échelle nationale. Chez les transporteurs frigorifiques, il atteint même la valeur impressionnante de 80 !

Dans le secteur des transports, le risque d’accidents est environ 1,6 fois plus important que dans la moyenne des autres secteurs d’activité (à la vue du taux de fréquence).

Le plus souvent, les accidents du travail surviennent à la suite :

  • D’une blessure en levant, baissant, ou déposant une charge (29%)
  • D’une chute en hauteur (17%). Il s’agit de la première circonstance d’accident entraînant une incapacité permanente ou partielle de travail.
  • De la perte de contrôle d’un engin de contrôle ou d’un outil de manutention (11%)
  • D’une glissade, d’un trébuchement, d’une chute de plain-pied (9%)

 

Quelles sont les conséquences des accidents du travail en logistique ?

 

taux-de-frequence-securite

 

La pression concurrentielle impose une certaine tension dans le fonctionnement des chaînes logistiques. Les conséquences pour les salariés sont multiples, et des arrêts de travail plus longs qu’en moyenne sont constatés. Dans le secteur des transports, la durée moyenne d’un arrêt de travail consécutif à un accident professionnel est de 70 jours ! Elle est de 59 jours dans les autres secteurs d’activité. Aussi, leur durée s’allonge plus rapidement, avec des arrêts plus longs de 15 jours en moyenne.

Mais surtout, les situations d’inaptitudes consécutives aux accidents professionnels sont nombreuses. 0,7% des salariés sont déclarés inaptes par l’employeur dans le secteur logistique.

Dans le transport, les frais engendrés par le risque professionnel atteignent 23,4 millions d’euros en 2014, accidents du travail et maladies professionnelles confondus. Leur tendance est plutôt haussière, avec un coût moyen du risque professionnel par salarié culminant à 484€ en 2014, soit deux fois le coût moyen observé dans l’ensemble des secteurs d’activités.

Dans ce contexte difficile, le taux de fréquence est une boussole permettant de visualiser concrètement l’efficacité de la politique de prévention des risques professionnels menée par l’entreprise. Il est possible de comparer directement les taux de fréquence calculés dans chaque structure. L’objectif est de créer les conditions d’une opération « gagnant-gagnant » pour les performances de votre entreprise et la santé des salariés !