Le contrat d’objectifs et de performance avec Voies Navigables de France (VNF) 2021 est exceptionnellement doté de 300 millions d’euros, dont 175 millions d’euros attribués dans le cadre du plan de relance.

C’est une agréable surprise pour Voies Navigables de France (VNF) : le vendredi 30 avril dernier, le Ministère de la Transition Écologique annonçait fournir 175 millions d’euros complémentaires de soutien de l’État afin de poursuivre la politique du gouvernement en matière de transport fluvial à l’horizon 2031. Et pour cause, il est un moyen de transport incontournable pour assurer les flux commerciaux à l’échelle du pays tout en préservant la planète. Le transport fluvial apparaît comme l’une des priorités gouvernementales au travers de dotations inédites pour les années à venir.

 

175 millions d’euros supplémentaires pour les Voies Navigables de France : en quoi consiste ce nouveau plan d’objectifs et de performance ?

 

etat-soutien-voies-navigables-france-logo

 

Le COP (Contrat d’objectifs et de performance) signé avec Voies Navigables de France permet à l’État de marquer son soutien en faveur du transport fluvial. Après avoir investi 220 millions d’euros en 2020 dans ce domaine, l’État a augmenté sa participation à 300 millions d’euros en 2021, grâce à une rallonge de 175 millions attribuée dans le cadre du plan de relance 2021-2022.

Les fonds supplémentaires octroyés permettront d’améliorer la gestion du réseau fluvial, d’améliorer les conditions des partenariats avec les autorités locales, la modernisation des installations et la diminution de l’empreinte énergétique du réseau.

 

Tracer une trajectoire à l’horizon 2031 pour Voies Navigables de France

 

Cette dotation exceptionnelle permet de bâtir la stratégie de développement du secteur fluvial français pour les dix années à venir.

A court terme, elle permet à VNF de continuer à assurer ses différentes missions, dont la gestion d’environ 80% du réseau des voies navigables de l’Hexagone. A long terme, environ 3 milliards d’euros devraient être consacrés à ce secteur à l’horizon 2030, dont 1,9 milliard dédié à la modernisation du réseau. Une stratégie de développement à long terme est également à l’œuvre pour diversifier les sources de revenus de Voies Navigables de France.

Le gouvernement considère le transport fluvial comme une « source de croissance verte ». Il émet 5 fois moins de CO2, d’oxyde d’azote et de particules fines que le transport routier. Rappelons qu’il est source de peu d’accidents par rapport au transport routier ou ferroviaire.

 

Quelles sont les conséquences de ce nouveau plan pour les professionnels des Transports ?

 

etat-soutien-voies-navigables-france-transport

 

Les dotations publiques supplémentaires investies aux côtés de VNF devraient avoir de multiples conséquences pour les acteurs du transport fluvial. Les projets seront menés en concertation avec les collectivités locales pour mieux ajuster le niveau de service à fournir, notamment sur le réseau à petit gabarit.

Ainsi, cela permettra aux acteurs du transport fluvial de bénéficier d’infrastructures en meilleur état pour assurer le maintien et le développement des axes de transport.

Le plan de développement prévu par VNF prévoit également de digitaliser les infrastructures existantes via le financement d’applications de télé-conduite et d’automatisation des infrastructures. Il devrait aussi financer des travaux de conception et de fabrication de bateaux à hydrogène, de bornes électriques à quai ou de carburants alternatifs pour les bateaux.

Share This