La robotique est présente à chaque étape de la supply chain. Ces automates intelligents nous obligent à repenser son fonctionnement, le rôle des humains, et ses performances. Découvrons ensemble tout ce que l’arrivée des robots va changer dans les entrepôts logistiques !

 Il y a 20 ans, ils n’étaient encore que spéculations, suppositions, fantasmes, tant redoutés que convoités. En 2019, ils sont bel et bien au cœur du secteur logistique : les robots permettent d’automatiser de nombreuses tâches pour répondre plus rapidement aux besoins des clients, de limiter la pénibilité au travail, et d’accroître visiblement la productivité de chacun. Ils trouvent leur utilité à chaque étape de la chaîne logistique, et particulièrement pour répondre aux enjeux de rapidité dans le e-commerce. Aux États-Unis, ce marché est en plein essor et devrait passer de 500 à 750 milliards de dollars à l’horizon 2025. A terme, on espère une augmentation des performances financières des entreprises, et des créations d’emplois. Pour autant, la question de la complémentarité entre les salariés et les robots suscite beaucoup de questions, voire d’inquiétudes. Concrètement, quelles sont les transformations apportées par les robots dans la supply chain ? Suivez le guide !

 

Pourquoi utiliser des robots logistiques ?

 

robot-logistique-entrepot

 

Ils ressemblent à de gros cubes sur roulettes, et se déplacent automatiquement. Ces ouvriers d’un genre nouveau se dirigent grâce à la navigation laser, se faufilent dans chaque espace, manipulent des marchandises et dynamisent la supply chain.

Les robots préparateurs de commandes sont les plus répandus. Leur nom : les cobots. Issus de la dernière génération d’outils technologiques et de travaux en R&D, il en existe de deux sortes :

  • Ceux dont le bras articulé et motorisé permet d’assister un préparateur dans de nombreuses tâches (préparation, colisage, picking, expédition des commandes, etc.)
  • Ceux spécialisés dans le transport de charges. La majorité des modèles sont conçus pour des charges allant jusqu’à 15kg.

Pour ne laisser planer aucune ambiguïté, il ne s’agit pas de remplacer l’humain par un robot, mais de les faire collaborer. La cobotique utilise plusieurs technologies telles que la mécanique, l’électronique ou les sciences cognitives. L’humain délègue des tâches au robot, et celui-ci les effectue de manière répétitive. Le plus souvent, un logiciel spécifique s’interface avec les systèmes d’informations de l’entreprise afin de cartographier l’entrepôt, l’organisation des étages et la localisation de toutes les marchandises en temps réel.

Ils rendent de nombreux services au quotidien, réduisent considérablement la pénibilité au travail et les accidents.

 

Quelles sont les entreprises ayant déjà franchi le pas ?

 

robot-logistique-amazon

 

De nombreuses entreprises ont déjà consacré beaucoup de moyens aux robots, et les ont accueilli dans leurs entrepôts.

Pour son picking, Amazon utilise le robot Cartman, conçu par l’Australian Centre for Robotic Vision. Il identifie l’objet à saisir et se déplace dans l’espace avec. Chez Alibaba, une soixantaine de machines déambulent dans l’entrepôt de Cainiao, pour récupérer directement les cartons. Chaque robot peut soulever plus de 500 kilogrammes ! La machine est aussi dotée d’un système laser pour éviter les collisions et identifier tous les obstacles.

Aussi, l’entreprise de livraison chinoise Shengton Express utilise une flotte de robots de tri Hikvision. Ils identifient instantanément la destination d’un colis, et l’orientent automatiquement dans la bonne direction. Ils permettent de traiter plus de 200 000 colis par jour, et son opérationnels 24/7 !

 

Face aux robots, quel avenir pour le travail des hommes dans le secteur logistique ?

 

robot-logistique-leclerc

 

Les fonctions actuellement remplies par les robots ne laissent pas présager un remplacement des êtres humains. Bien au contraire, ils semblent complémentaires. Certains entrepôts sont aujourd’hui largement automatisés, tels que celui de Scapalsace, la centrale d’achat du distributeur E. Leclerc. Depuis, les stocks sont mieux suivis et approvisionnés, les volumes sont mieux planifiés, le dimensionnement du transport est optimisé, les camions sont mieux remplis et la surface nécessaire au stockage a diminué. Ainsi, les robots ont permis à l’entreprise de générer des gains de productivité visibles, et d’importantes économies !

D’après l’OCDE, seuls 9% des emplois américains, et 7% des emplois français présentent une probabilité d’automatisation du travail supérieure à 70%. L’étude du nombre d’emplois avec un rythme de travail imposé par une demande extérieure obligeant à une réponse immédiate éclaire à la fois sur les interactions sociales, l’adaptabilité et la flexibilité du salarié. Dans ce contexte, seuls 15% d’entre eux occupent des emplois véritablement automatisables. Concrètement, nous pensons que les robots sont les meilleurs alliés des humains, et non des concurrents. Aussi, leur conception, leur développement, leur commercialisation et leur entretien créent parallèlement de nombreux emplois.

Les robots permettent au secteur logistique de conquérir de nouveaux horizons : ils donnent les moyens de répondre plus rapidement aux besoins des clients, de réaliser des missions dangereuses pour les Hommes, de travailler sans discontinuité, de réduire les coûts et d’améliorer visiblement les performances des entreprises. Les robots logistiques ont véritablement une longue vie devant eux !