La pénibilité au travail est une question primordiale en logistique. Véritable enjeu humain, elle doit être prévenue grâce à une politique de prévention efficace. Cela passe aussi par de nouveaux investissements et de grands projets de transformation de la supply chain !

 

La durée du travail s’allonge, et le cadre réglementaire peine à anticiper tous les nouveaux types de risques professionnels liés au secteur logistique. Les restrictions sont de plus en plus nombreuses, mais ne prennent pas toujours en considération les points les plus importants pour les salariés. Il revient donc aux entreprises de bâtir leurs propres politiques de prévention et de lutte contre les risques professionnels. Le secteur logistique est concerné au premier plan : la manutention manuelle, l’usage d’engins professionnels, la circulation interne dans les entrepôts, les risques psychosociaux et les risques mécaniques sont autant de facteurs à prendre en considération. En effet, les produits sont gérés en gros volume depuis leur lieu de production, sont stockés puis réexpédiés en petites quantités jusqu’aux clients finaux. L’accroissement des cadences de travail et des objectifs individuels imposés à chaque salarié finissent de convaincre les managers qu’une politique ambitieuse doit être bâtie dans chaque entreprise. En France, l’État estime que 20% des salariés sont concernés par une exposition plus ou moins importante à des facteurs de pénibilité reconnus par le Code du Travail !

Découvrons ensemble tous les enjeux ayant trait aux risques professionnels dans le secteur logistique, et notre méthode pour les prévenir le plus efficacement possible !

 

 

Quels sont les facteurs de pénibilité au travail dans le secteur logistique ?

 

Les facteurs de risques sont multiples en logistique, et sont définis par le Code du Travail. Tout d’abord, les contraintes physiques se caractérisent par :

  • La manutention manuelle de charges lourdes, c’est-à-dire le transport ou le soutien d’une charge dont le levage, la poussée ou le déplacement nécessitent un effort physique particulier
  • Les postures contraignantes et douloureuses, notamment au dos
  • Les vibrations mécaniques répétitives et prolongées

 

Ensuite, l’environnement de travail peut présenter plusieurs agressions corporelles :

  • Les produits ou agents chimiques
  • Les températures extrêmes
  • Les nuisances sonores répétées et prolongées

 

Enfin, depuis plusieurs années, le rythme de travail est un facteur davantage pris en compte :

  • Le travail de nuit
  • Le travail en équipes successives alternantes (« les trois huit » notamment)
  • Le travail à la chaîne, nécessitant des gestes répétitifs

 

L’ensemble de ces facteurs ont fait réagir le législateur, qui a créé un environnement légal de plus en plus contraignant pour les chefs d’entreprises. Il existe un document indispensable et obligatoire pour prévenir les risques professionnels au sein d’une entreprise il s’agit du DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels). 

 

penibilite-au-travail-facteurs

Quel est le cadre réglementaire applicable ?

 

Le Compte professionnel de prévention est un dispositif créé en 2018 (il remplace le Compte personnel de prévention de la pénibilité), qui s’applique à tous les salariés du secteur public et privé. Il permet de mieux évaluer et prendre en compte la pénibilité au travail. Il ouvre droit à un départ anticipé à la retraite, et est activé dès lors qu’un salarié est exposé à plus de 10 facteurs de pénibilité. Cependant, les entreprises restent confrontées à la difficulté d’évaluer correctement la récurrence et l’intensité de chaque facteur de pénibilité. Par exemple, un ouvrier manipulant des charges au quotidien pourra difficilement évaluer le poids total supporté au cours d’une seule journée.

Ce dispositif s’ajoute à d’autres mesures déjà en vigueur depuis 2010 :

  • Sous certaines conditions, l’entreprise doit mettre en place des accords ou des plans de prévention de la pénibilité
  • Toutes les entreprises ont l’obligation de remplir des fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité

 

 

Comment améliorer la prévention de la pénibilité au travail dans votre entreprise ?

 

Il est possible de mener une véritable politique ambitieuse pour la prévention de la pénibilité au travail. La chaîne logistique doit être transformée, et mieux adaptée pour la prendre en considération. Presque tous les postes peuvent être mécanisés, de la réception des matières à l’expédition des produits. Un projet d’automatisation de l’entrepôt permet de répondre aux problématiques de pénibilité.

Aussi, le renouvellement du matériel de manutention et de levage, ainsi qu’une optimisation de l’ergonomie des postes de travail peuvent être des pistes intéressantes. Les préparateurs de commandes sont les premiers concernés, car ils pâtissent souvent de postures et gestes répétitifs, tout en devant respecter des cadences de plus en plus élevées.

 

Ces pistes d’améliorations doivent permettre d’améliorer les performances au travail, de garantir le bien-être des salariés, de réduire l’absentéisme, et d’atténuer la fatigue de chacun. La pénibilité est un enjeu de plus en plus intégré dans les textes de lois et les politiques internes des entreprises. Il s’agit d’un facteur significatif de renchérissement du coût du travail dans les prochaines années. De nouvelles solutions émergent, et font espérer des améliorations concrètes pour les performances des entreprises et la santé des salariés.