La blockchain fait partie des technologies susceptibles de bouleverser notre quotidien dans les années à venir. Déjà annoncée comme une technologie « révolutionnaire », elle suscite de nombreuses interrogations et attise les curiosités. Tour d’horizon.

Essayons de comprendre concrètement ce qui se cache véritablement derrière la blockchain. Encore totalement inconnue il y a quelques années, cette nouvelle technologie s’est imposée au-devant de tous les médias et dans de nombreux forums spécialisés. Les superlatifs ne manquent pas, et d’éminents chercheurs la qualifient de « technologie qui révolutionnera le XXIe siècle ». Créée en 2008, il s’agit d’une nouvelle méthode de transmission et de stockage des informations. Elle aurait été inventée par un mystérieux Satoshi Nakamoto, dont persone ne connait l’identité. Concrètement, il s’agit d’une base de données gigantesque partagée à l’échelle mondiale, et qui présente de très nombreux avantages pour la simplification des échanges d’informations. Explications.

 

La blockchain est réellement innovante et disruptive

 

blockchain-pour-les-nuls-utilisations

 

Le terme de disruption s’applique à toutes les technologies qui brisent ou rompent la structure et l’équilibre d’un marché. En conséquence, les acteurs sont obligés de modifier leur conduite et leurs perspectives. C’est bien le cas de la blockchain. En effet, il s’agit d’un immense registre infalsifiable et inaltérable permettant de stocker, d’échanger et d’authentifier des informations auprès de millions d’utilisateurs. Il est possible de stocker vos données sur une blockchain publique (ouverte à tous), ou privée (ouverte à un certain nombre de personnes et protégée par plusieurs clés d’accès sécurisées). Mais surtout, elle n’est régulée par aucun organisme central. Seuls des « mineurs », informaticiens chevronnés, sont en charge du bon fonctionnement des algorithmes informatiques d’authentification des transactions. Il s’agit donc d’un système totalement autonome.

Pour chaque transaction réalisée, les informations sont stockées dans des « blocs » reliés entre eux par des nœuds de réseau. Une fois la transaction validée, le bloc ne peut plus être modifié et est immédiatement stocké sur la blockchain.

Les applications de la blockchain sont nombreuses, et s’étendent à presque tous les secteurs d’activité : logistique, banque, assurances, commerce, transport, cryptomonnaies, etc. Prenons un exemple : pour faire transiter des marchandises à l’international, plusieurs dizaines de documents administratifs sont nécessaires. Un document manquant, et c’est tout un camion qui est bloqué aux douanes. Grâce à la blockchain, donner un simple accès aux informations en ligne permettra de gagner un temps précieux pour tous les transporteurs circulant à l’international. La validation d’une transaction ne prend alors qu’une dizaine de minutes. La blockchain permet donc  l’optimisation de la supply chain à tous les niveaux. Pour le transfert de cryptomonnaies, les commissions sont largement réduites par rapport aux frais bancaires d’intermédiation. C’est donc un deal « gagnant gagnant » pour les vendeurs et les consommateurs, car chacun y trouve son compte !

 

La blockchain est une technologie sécurisée et fiable

 

blockchain-pour-les-nuls-securite

 

Un système consultable par tous n’est pas synonyme de faiblesse en matière de sécurité. Bien au contraire, la blockchain fonctionne de manière « distribuée », les données sont donc dupliquées simultanément sur plusieurs serveurs à travers le monde. Le piratage informatique d’un serveur n’aura donc aucune incidence, puisque les données auront été copiées ailleurs. Ainsi, la permanence du système est assurée. Aussi, toutes les données présentes sur la blockchain sont protégées par des clés cryptographiques de haut niveau, et ne peuvent être aisément piratées.

 

La blockchain présente malgré tout des inconvénients…

 

En premier lieu, l’absence d’une véritable régulation de la technologie est parfois une source de préoccupations. En effet, elle est le support de fonctionnement du bitcoin, monnaie dont plus des trois quarts des échanges servent à pratiquer le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme. L’absence de normes internationales encadrant son utilisation rend difficile son adoption à une large échelle.

De plus, les cyber-attaques sont en croissance depuis quelques années. Heureusement, l’organisation du système permet de maintenir l’intégrité des données.

Enfin, il s’agit d’une technologie énergivore, car le fonctionnement des serveurs informatiques de stockage et de traitement nécessite une consommation d’énergie très importante. Pour fonctionner correctement, la blockchain nécessite une consommation électrique égale à deux fois celle des Etats-Unis !

La blockchain est véritablement en train de s’installer dans notre quotidien, et a déjà bouleversé les pratiques dans de nombreux secteurs d’activité. Les entreprises, les États et les particuliers cherchent à se l’approprier. Son potentiel de croissance est encore abyssal, et il ne fait aucun doute qu’elle figurera assurément dans la liste des technologies les plus marquantes de la première moitié du XXIe siècle.

Pour en savoir plus sur le sujet, il existe de nombreux MOOC dédiés à la blockchain.