Apporter des changements dans le fonctionnement de votre entreprise n’est pas toujours une mince affaire. Opposants, résistants, hésitants ou désabusés sont autant d’obstacles que vous devrez surmonter. Voici la méthode la plus efficace pour mener le changement de manière fluide et sereine.

 La gestion du management nécessite de nombreuses qualités de la part du responsable du supply chain management, en particulier lorsque celui-ci désire bouleverser les habitudes de ses collaborateurs. Dans ces conditions, il se heurte souvent aux caractères très contrastés de nombreuses personnes, certains appelant de leurs vœux une transformation de l’entreprise, tandis que d’autres désirent à tout prix un statu quo. Malgré tout, il existe une méthode efficace que vous pouvez employer pour parvenir à vos fins : l’humain, l’organisation et la fonction sont les trois clés de votre réussite. Découvrons ensemble la meilleure manière pour mener le changement dans votre entreprise.

 

Pour une gestion de changement efficace, quelles sont les étapes indispensables à respecter ?

 

  • Etape n°1 – Faire une analyse de vos capacités : êtes vous en mesure d’imposer ces nouveaux changements ? En fonction de vos retours d’expériences antérieurs, faites un bilan de vos forces et de vos faiblesses.
  • Etape n°2 – Élaborer une communication efficace : Ciblez chacun des interlocuteurs auquel il est nécessaire de faire connaître votre projet, et apportez un soin particulier à ceux potentiellement réfractaires. Demeurez toujours à l’écoute de vos collaborateurs pour essayer de dialoguer et convaincre. La matrice de Goldratt peut s’avérer être un bon outil pour planifier votre plan de communication.
  • Etape n°3 – Être stratège en préparant le changement : Pour augmenter les probabilités de succès de votre projet, cartographiez votre flux de valeur afin de mesurer l’impact du changement sur les processus de l’entreprise. Anticipez toutes les conséquences directes et indirects que ces changements induiront dans votre structure organisationnelle.
  • Etape n°4 – Mettre en oeuvre le changement : Utilisez le cycle PDSA ou les « best practices » ITIL pour vous assurer que les méthodes utilisées sont efficaces tout en minimisant les risques et incidents liés à leur implémentation.
  • Etape n°5 – Assurer le suivi post-changement : Valorisez les retours d’expériences auprès de vos collaborateurs quelques mois après et n’hésitez pas à retoucher votre plan d’action sur le long terme.

changement transformation

 

Quelles sont les résistances à surmonter ?

 

Les freins au changements sont un point central auquel il convient de porter la plus grande attention.

  • Les baisses de productivité. Elles plongent parfois les salariés dans une période de doute, qui conduit davantage au repli qu’à un désir réel de faire bouger les choses. L’utilité perçue semble souvent avoir moins de poids que la facilité d’usage.
  • Des conflits. Luttes internes et concurrence entre collaborateurs sont parfois la source de nombreuses cristallisations. L’âge, l’expérience ou la formation des collaborateurs est souvent la cause de nombreux conflits. Pour les dépasser, il faudra faire preuve de souplesse et de pédagogie.
  • L’absentéisme. Lorsque des salariés sont souvent absents, ils se désintéressent souvent de leur entreprise, et perdent le gout du changement.
  • Les départs. Certains salariés n’appréciant pas les projets menés décident parfois de quitter l’entreprise. Souvent, cela est dû au style de management.
  • L’inertie, et le manque de réactivité des personnes résistantes sont souvent un facteur de retards, qui aboutissent parfois à la remise en cause du projet.
  • La révolte. Certains salariés n’hésitent pas à employer les grands moyens et mènent une véritable fronde au sein de l’entreprise.
  • Certains résistants n’hésitent pas à communiquer largement sur l’inutilité supposée de votre projet. Soyez attentifs à leurs arguments pour les contrer à votre tour. Pour cela, clarifiez la méthode et les objectifs à atteindre.
  • La culture globale de l’entreprise. Elle n’est pas toujours favorable aux transformations s’il s’agit d’un modèle ancien et ayant été peu bouleversé jusqu’alors.

resistance au changement

 

Comment organiser le changement ?

 

La première étape consiste à obtenir l’adhésion des salariés en vous appuyant sur les acteurs qui facilitent le changement. N’hésitez pas à faire appel à des professionnels, tels que des coachs ou des médiateurs.

Concentrez-vous sur certains aspects essentiels pour parvenir à vos fins :

  • L’équipe porteuse des changements doit être au cœur de l’entreprise pour obtenir l’adhésion de l’intérieur.
  • Rassurez vos équipes en favorisant le brainstorming et l’action collective.
  • Soyez clair et précis sur vos choix et explicitez vos objectifs.
  • Communiquez sur les changements que vous souhaitez apporter. Une communication individuelle est parfois nécessaire au début, puis passez à une communication collective. Il s’agit précisément du moment où les spécialistes externes peuvent vous aider.
  • Ayez toujours à cœur d’apaiser les tensions et diminuez autant que possible le sentiment d’incompétence chez vos collaborateurs.
  • Si cela est possible, partagez les retours d’expériences issus d’autres entreprises pour démontrer l’efficacité de votre projet.
  • Valorisez l’expertise de chacun et centrez vos préoccupations sur l’amélioration du changement.

 

Dans un contexte international hautement concurrentiel, l’innovation est un atout indispensable pour permettre à une entreprise de maintenir sa compétitivité. Mener le changement n’est donc pas une option facultative, mais bien un impératif. Pourtant, y parvenir n’est pas si difficile à condition que le responsable possède les bons outils et les bonnes pratiques pour les faire accepter de manière sereine au sein de l’entreprise.

Share This