Le secteur Transport-Logistique croît année après année, avec une complexification des échanges due aux nouveaux impératifs que doivent affronter les logisticiens. L’interconnexion des places commerciales et financières conduit les entreprises à intervenir plus facilement partout dans le monde, en adoptant des cadences toujours plus rapides et des exigences accrues. En 2017, le transport combiné représentait environ 16% du transport ferroviaire. Le plus souvent, on distingue le transport en semi-remorques ou en conteneurs. De son côté, le gouvernement souhaite encourager le transport ferroviaire, fluvial ou transport maritime pour ne réserver le transport routier qu’aux parcours d’approche. Vous souhaitez en savoir davantage sur ce nouveau mode de transport international en pleine expansion ? Suivez le guide !

 

Qu’est-ce que le transport combiné ?

 

Le transport combiné consiste à utiliser le fer ou la voie d’eau pour apporter des marchandises, acheminées ensuite par camion pour les derniers kilomètres. Une seule opération de transport nécessite l’utilisation de plusieurs modes de transport afin d’améliorer la rapidité et la qualité du service rendu.

L’organisation du transport combiné (rail/route ou fleuve/route) réunit donc trois types d’acteurs, pour améliorer l’efficacité économique et environnementale du commerce mondial :

  • Les acteurs du transport routier : le gestionnaire d’infrastructure, les entreprises de transport routier, les chargeurs, les logisticiens
  • Les acteurs du transport ferroviaire : les gestionnaires d’infrastructures, les entreprises ferroviaires, les opérateurs de transports combinés, les transporteurs et opérateurs de proximité permettent de répondre aux besoins de toutes les entreprises.
  • Les acteurs du transport fluvial : le gestionnaire d’infrastructure, les armateurs, les opérateurs de transports combinés, les exploitants de plateformes portuaires.

 

transport-combiné-ferroutage

 

Chaque marchandise embarquée dans un conteneur ou sur un semi-remorque peut traverser plusieurs milliers de kilomètres, avant d’être confiée à un moyen de transport d’approche (le transport routier), afin de livrer le client final. Certains pays ont déjà développé ce mode de transport à grande échelle, à l’image de la Suisse et ses « autoroutes ferroviaires ».

 

 

Une solution économiquement viable et écologiquement responsable

 

Bien que le transport routier soit souvent perçu comme le plus efficace pour acheminer des marchandises, de nombreux axes sont engorgés, et deviennent des goulots d’étranglement. Depuis les trente dernières années, le trafic lié au transport de marchandises a augmenté de 40% ! Le transport ferroviaire et fluvial apparaissent donc comme des infrastructures à la hauteur pour le désengorger. Le transport combiné parvient souvent à atteindre un taux de service supérieur au tout-routier pour les longs trajets. Enfin, il garantit un environnement de travail plus sécurisé, contribue à la diminution des accidents de la route, et à la limitation des perturbations de la chaîne logistique.

Sur le plan écologique, tout comme le transport multimodal, le transport combiné permet de réduire les émissions de CO2 de 85% par rapport au transport exclusivement routier, ainsi que la pollution atmosphérique. Aussi, le transport de matières dangereuses est mieux assuré par le rail. Enfin, il dégrade peu les paysages naturels, et limite les externalités négatives sur la biodiversité.

 

transport-combiné-fluvial

 

Comment utiliser les ressources du transport combiné pour votre supply chain ?

 

Pour estimer votre capacité à utiliser le transport combiné, il est nécessaire de cartographier vos flux éligibles à ce type de prestation. Le plus souvent, les logisticiens complètent le transport routier par le transport fluvial pour une courte distance (200 kilomètres, et à condition de posséder des voies d’eau navigables à proximité). Le transport ferroviaire est privilégié pour des petites ou longues distances, et peut présenter un intérêt économique notable.  Pour des transports inférieurs à 40 km, la logistique du dernier kilomètre peut alourdir le coût total de la prestation.

Pour un logisticien, deux options sont possibles pour mettre en œuvre le transport combiné :

  • Signer des accords de long terme avec des transporteurs le proposant
  • Recourir au marché « spot » pour des expéditions ferroviaires ou fluviales occasionnelles

Pour le transport fluvial, le courtier confronte l’offre et la demande sur le marché. Ensuite, il affrète une prestation de transport, organise l’ensemble des opérations et coordonne l’ensemble des flux. Le transporteur gère une certaine capacité de transport et réalise la prestation.

 

Le transport combiné est très largement encouragé par les autorités publiques. Un dispositif d’aides aux services réguliers de transport combiné a été mis en place à cet effet. Les aides à l’exploitation des services de transport combiné de marchandises visent à réduire le différentiel de coûts externes entre les modes massifiés (rail, voie d’eau, maritime courte distance) et la route, induit par la rupture de charge inhérente à ce mode de transport.

 

Share This