Le transport multimodal permet de faciliter le transfert des échanges dans le monde tout en limitant les émissions de gaz à effets de serre. Voici tout ce qu’il faut savoir pour saisir les enjeux du transport multimodal pour l’amélioration et la gestion de la chaîne logistique.

 

Le transport de marchandises représente 10% des émissions de gaz à effets de serre à l’échelle du pays. Depuis les années 1990, dans le secteur des transports, elles ont augmenté de 30%. Cela est dû à l’éloignement des sites de production, au sourcing de plus en plus lointain et à la massification des flux. Dans le même temps, le Grenelle de l’Environnement (2008) a fixé l’objectif de réduire de 20% les émissions de CO2 liées au transport d’ici à 2020. Dans ce contexte, il est indispensable d’adapter la fonction logistique aux nouveaux enjeux environnementaux.

Justement, le transport multimodal s’est développé depuis les années 1960. Il correspond à l’acheminement des marchandises par au moins deux modes de transport différents (rail, voies navigables, mer, route, etc.) Il permet à la fois de transporter les marchandises sur de longues distances, et de fournir un transport d’approche pour livrer le client final. Il s’agit tout à la fois d’une question de logique environnementale, stratégique et économique ! Voici tout ce qu’il faut savoir pour comprendre les enjeux du transport multimodal et améliorer l’efficacité de votre supply chain.

 

Qu’est-ce que le transport multimodal ?

 

Le transport multimodal est une réponse adéquate à de nombreuses problématiques de rentabilité de la supply chain. Chaque marchandise emportée dans un conteneur peut traverser plusieurs milliers de kilomètres, avant d’être couplée à un moyen de transport d’approche, afin de livrer le client final. En Suisse, des « autoroutes ferroviaires » ont vu le jour, pour transporter des camions ou de nombreux ensembles routiers sur des trains ! Ce système permet de limiter les ruptures de charges et émet moins de gaz à effet de serre.

La route est le moyen le plus flexible, le plus fiable et le plus réactif pour transporter des marchandises. Cependant, de nombreux axes routiers sont engorgés, et deviennent des goulots d’étranglement. Le transport routier devrait demeurer leader en raison de sa flexibilité. Pour estimer votre capacité à utiliser le transport multimodal, il est nécessaire de cartographier les flux éligibles au report modal. Par exemple, il est préférable de compléter le transport routier par le transport fluvial pour une courte distance (200 kilomètres, et à condition de posséder des voies d’eau navigables à proximité).

Le transport ferroviaire est préférable pour des petites ou longues distances, et peut présenter un intérêt économique notable. Pour des transports inférieurs à 40km, la logistique du dernier kilomètre peut alourdir le coût total.

 

transport multimodal-environnement

 

Comment fonctionne le transport multimodal ?

 

Le transport multimodal est la réunion de nombreux acteurs complémentaires pour améliorer l’efficacité économique et environnementale du commerce mondial. Il est donc nécessaire d’identifier les différents acteurs présents sur ce marché :

  • Les acteurs du transport routier : le gestionnaire d’infrastructure, les entreprises de transport routier, les chargeurs, les logisticiens.
  • Les acteurs du transport ferroviaire : les gestionnaires d’infrastructures, les entreprises ferroviaires, les opérateurs de transports combinés, les transporteurs et opérateurs de proximité permettent de répondre aux besoins de toutes les entreprises.
  • Les acteurs du transport fluvial : le gestionnaire d’infrastructure, les armateurs, les opérateurs de transports combinés, les exploitants de plateformes portuaires.

 

La route constitue donc un maillon indispensable dans chaque opération de transport. Pour un logisticien, il est possible de signer des accords sur le long terme ou de faire appel au marché « spot » pour des expéditions ferroviaires occasionnelles. Les transporteurs achètent des prestations de services aux opérateurs de transport combiné, et organisent le transport porte à porte.

Pour le transport fluvial, le courtier fluvial met en relation l’offre et la demande sur le marché. Ensuite, l’opérateur fluvial affrète une prestation de transport, organise l’ensemble des opérations et coordonne les flux. Le transporteur gère une certaine capacité de transport et réalise la prestation de service.

 

 

Pourquoi le transport combiné est une solution particulièrement avantageuse ?

 

Le transport combiné présente de nombreux avantages. Tout d’abord, sur le plan social, il minimise les risques d’infraction et facilite le respect des règlementations professionnelles et sociales en vigueur. Pendant que la marchandise voyage en train ou en bateau, le conducteur peut réaliser d’autres missions. Ainsi, le chauffeur routier n’effectue plus de longues distances et ne travaille plus de nuit. La gestion du personnel est améliorée, tout comme la sécurité routière.

Sur le plan environnemental, l’efficacité énergétique du transport combiné est de 3 à 4 fois supérieure à celle du transport routier. Il permet de décongestionner le transport routier, de réduire les émissions de CO2 tout comme les nuisances dans les zones écologiquement sensibles. Il soutient ardemment la démarche RSE de nombreuses entreprises.

Le transport multimodal est largement plébiscité par de nombreuses institutions européennes ou nationales, au travers de plusieurs programmes d’aides destinés aux acteurs du secteur (programme Marco Polo II, aide au démarrage d’un nouveau service de transport combiné, aides de l’ADEME, aides à l’investissement, etc.)

Ainsi, de nombreuses entreprises ont décidé de se lancer dans cette solution pour optimiser les performances de leur supply chain et participer à la construction d’un commerce socialement et écologiquement responsable. Des normes environnementales qui améliorent l’efficacité de votre chaîne logistique, la rend plus responsable et s’inclut dans votre politique RSE

 

.