Les entreprises du Transport routier de marchandises et des prestations logistiques sont en première ligne face au coronavirus, et doivent s’adapter afin de continuer à fonctionner pendant et après le confinement. Tour d’horizon des bonnes pratiques à appliquer pour assurer la sécurité de vos collaborateurs, et la continuité de l’activité.

L’annonce du début du déconfinement le 11 mai oblige les entreprises à s’organiser pour anticiper la reprise de l’activité. Selon le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, le 11 mai sera « la bonne date » pour entamer le déconfinement, à condition d’avoir « tous les outils de surveillance » nécessaires. Parmi eux, les guides des bonnes pratiques sont au cœur des outils de prévention destinés à permettre à chaque entreprise d’adopter des mesures concrètes pour protéger la santé de leurs salariés au travail. La société doit apprendre à vivre avec le virus, comme l’ont indiqué le Président de la République et son Premier Ministre. Pourtant, le secteur Transport et Logistique n’a jamais véritablement cessé de fonctionner. Indispensable à la vie de la Nation et au maintien d’activités essentielles (en particulier pour la livraison de matériel médical), il a fait l’objet de nombreuses mesures de prévention, qui ont vocation à s’étendre à l’ensemble des entreprises du secteur. Il s’agit d’un enjeu clé afin d’aborder sereinement la reprise généralisée du travail à partir du lundi 11 mai prochain. Quelles sont les mesures contenues dans le guide officiel des bonnes pratiques ? Comment les appliquer dans votre entreprise ? Autant de questions fondamentales et de réponses à découvrir dans cet article !

Attention, cet article présente les principales mesures qui seront mises en place, mais ne constitue pas une liste exhaustive.

 

 

Adopter les gestes barrière, un prérequis indispensable

 

En préambule, rappelons que les gestes barrières doivent continuer d’être appliqués scrupuleusement durant les mois à venir :

  • Se laver très régulièrement les mains
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades

La distanciation sociale, matérialisée par le respect d’une distance comprise entre un et deux mètres entre chaque personne, est de mise pour l’ensemble des salariés au travail.

 

Le port du masque est-il obligatoire ?

 

transport-logistique-bonnes-pratiques-covid-deconfinement-outils

 

La disponibilité insuffisante de masques sur le territoire français ne permet pas d’imposer le port du masque obligatoire. Il est conseillé, dans la mesure du possible, d’adopter un masque anti projection, en complémentarité des mesures collectives et individuelles.

 

Quelles sont les mesures applicables à l’ensemble des salariés ?

 

Les objets de protection devront être réceptionnés dans des réceptacles prévus à cet effet, et les espaces de travail devront notamment être matérialisés, afin de permettre le respect de la distanciation sociale. Une note invitant les personnels à risques chroniques à se manifester, par tous les moyens, sera apposée dans les différents services de l’entreprise. Enfin, il est conseillé de limiter le nombre de personnes présentes dans les vestiaires de l’entreprise au même moment.

 

Quelles sont les mesures spécifiques pour le personnel administratif et les fonctions support ?

 

Le télétravail devient la règle pour tous les postes qui le permettent et de façon obligatoire pour les salariés à risques. Dans ces circonstances, le télétravail peut être mis en place sans l’accord du salarié et sans autre formalisme que l’information du CSE ou CSE Central.

 

transport-logistique-bonnes-pratiques-covid-deconfinement-hygiene

 

Mettre du savon, des lingettes désinfectantes et du gel hydroalcoolique en quantité suffisante auprès du personnel est indispensable afin que chacun puisse se laver les mains.

 

Quelles sont les mesures spécifiques pour le personnel d’exploitation ?

 

Le personnel d’exploitation devra notamment disposer de lingettes, savons et solutions désinfectantes en quantité suffisante au quotidien. L’employeur aura l’obligation de fournir aux personnels d’exploitation de quoi nettoyer leur poste et/ou outils de travail. Aussi, ils ne devront pas utiliser de casques-micro pour prendre les appels téléphoniques s’ils ne sont pas attitrés.

 

Quelles sont les mesures spécifiques pour le personnel de conduite ?

 

Pour le personnel de conduite, chaque livreur devra posséder, dans la mesure du possible, un véhicule attitré. Un kit contenant de l’eau, du savon, des serviettes à usage unique ou du gel hydroalcoolique devra être remis à la disposition de chacun. Aussi, chaque conducteur pourra être doté d’un moyen de communication portable muni d’un chargeur adaptable. Le téléchargement manuel des cartes conducteurs et des tachygraphes doit être limité au maximum.

 

transport-logistique-bonnes-pratiques-covid-deconfinement-livraison

 

Pour la livraison de colis auprès de particuliers ou professionnels, celle-ci doit être organisée « sans contact ». Le client devra être informé en amont du protocole à suivre.

 

Quelles sont les mesures spécifiques pour le personnel de manutention ?

 

Outre la nécessité de disposer de savon et/ou de gel hydroalcoolique à proximité des portes de quai, le personnel de manutention doit disposer d’un sac poubelle à attacher à leur engin permettant la bonne évacuation des mouchoirs à usage unique ou lingettes utilisées au nettoyage. Enfin, le contrôle du bon nettoyage des zones de travail en fin de journée et avant l’arrivée d’une nouvelle équipe est primordial pour limiter le risque de propagation du virus.

Dans la mesure du possible, le chargement et le déchargement d’un compartiment doit être réalisé par une seule personne. Tous les engins de manutention (commandes, poignées, etc.) devront faire l’objet d’une désinfection quotidienne.

 

Comment réagir face à un cas déclaré de Covid-19 dans votre entreprise ?

 

Tout salarié contaminé ou présentant des symptômes du Covid-19 doit en informer sa hiérarchie dans les plus brefs délais. La première mesure consiste à analyser les personnes avec lesquelles le salarié infecté a été « en contact prolongé et rapproché ». Il doit ensuite faire l’objet d’une prise en charge et d’un suivi par la médecine du travail. Naturellement, le salarié concerné doit être mis en quarantaine sans délai, et écarté de ses collègues, même en cas de suspicion légère de contamination.

 

Pour en savoir davantage, et découvrir l’ensemble des mesures, consultez le guide complet des bonnes pratiques mis en ligne par le Gouvernement dans le secteur Transport et Logistique. Pour répondre à de nombreuses questions pratiques, consultez les questions-réponses préparées par le Ministère du Travail. Si vous êtes concerné par la livraison de colis, un Guide des précautions sanitaires spécifique existe également. L’ensemble de ces outils sont précieux pour envisager sereinement un retour progressif au travail dans toutes les entreprises du secteur Transport et Logistique.

Share This