Les troubles musculo squelettiques (TMS) sont récurrents dans le secteur logistique. Il est indispensable d’adopter une politique cohérente et adaptée pour préserver la santé de vos salariés au travail ainsi que la productivité de votre entreprise. Explications.

La prévention des troubles musculo squelettiques, aussi appelés « TMS », est un enjeu de première importance pour les entreprises du secteur logistique. Habituellement, l’abréviation TMS désignent les « Transport Management System », logiciels de gestion de la fonction Transport. Il s’agit de deux éléments totalement différents. Les troubles musculo squelettiques (TMS) menacent la santé des employés ainsi que les performances de la chaîne logistique de l’entreprise. En tant que responsable logistique, votre rôle est d’établir une politique claire et cohérente pour prévenir ce type de risques de la meilleure manière possible. Nous vous proposons une méthode concrète et opérationnelle pour y parvenir de manière fluide et sans obstacle.

 

Prévention TMS : Investiguer, pour mieux connaître les risques, analyser les situations et les facteurs de risques

 

prevention-tms-travail

 

L’investigation nécessite tout d’abord de rassembler toutes les connaissances pertinentes pour construire une cartographie des TMS dans la supply chain. Pour cela, associez tous vos salariés à ce processus et sollicitez un grand brainstorming au cours duquel chacun sera amené à s’exprimer sur son cas personnel. Variez les profils autant que possible pour obtenir le meilleur résultat. Distinguez chaque personne en fonction de son type de contrat, son âge, son ancienneté, son poste, ses gestes les plus répétitifs, etc. Il est important de pouvoir évaluer les risques professionnels qui pourraient subvenir. 

Pour mieux comprendre les principaux facteurs de TMS, convoquez au moins un entretien par salarié (ou par type d’emploi existant, selon la taille de votre entreprise) et recueillez leurs observations.

Aussi, les textes officiels et les recommandations des organisations professionnelles permettent d’améliorer le poste de travail. Évaluez son dimensionnement, la qualité de l’environnement physique (niveau sonore, température, exposition à la lumière naturelle ou artificielle, position assise ou debout, etc.) et relevez les points pouvant être améliorés.

Quant aux gestes répétitifs, au maintien prolongé d’une posture, aux éventuels efforts excessifs et aux amplitudes articulaires extrêmes, il convient d’interroger les salariés. L’extension répétée d’une articulation, les positions extrêmes ou la prise d’objet au-delà de la zone d’atteinte de confort doivent vous interpeller. N’oubliez pas d’équiper vos employés avec des équipements de travail adaptés.

 

Maîtriser les risques, pour réduire concrètement les troubles musculo squelettiques

 

prevention-tms-dos

 

Les résultats de vos investigations doivent vous conduire à prendre des décisions concrètes pour modifier les situations de travail à risque. Dès le début du processus, fixez un agenda d’application précis. La prévention des risques repose sur 3 leviers :

  • Réduire les sollicitations professionnelles (biomécaniques, psychosociales et organisationnelles) ;
  • Améliorer l’information et la formation des salariés de l’entreprise face aux risques ;
  • Maintenir les capacités fonctionnelles des salariés pour les postes à forte exigence physique.

Pour maîtriser concrètement les risques, nous vous proposons une liste d’actions immédiatement applicables :

  • Privilégier la flexibilité des outils de travail plutôt que des membres des salariés (comme le poignet par exemple)
  • Privilégier des machines équipées des meilleures normes de sécurité et aides techniques
  • En cas d’effort particulièrement lourd, il est conseillé de réduire la cadence de travail
  • Préférer l’alternance de plusieurs tâches plutôt que la répétition d’une seule
  • Donner plus de marges de manœuvre aux salariés
  • Limiter autant que possible l’isolement géographique et social du salarié au cours de son travail

Mettre en place une grille d’évaluation de la pénibilité au travail pourrait aussi faire partie des action à appliquer par la suite. 

 

Évaluer, pour créer une démarche pérenne d’amélioration de votre supply chain

 

Votre démarche de prévention doit être menée tout au long de la vie de l’entreprise, c’est pourquoi il est nécessaire de l’évaluer à l’aide de KPI pertinents. Le taux de turnover, d’arrêts de la production par machine, d’absentéisme par métier ou de survenance d’un TMS doit être scruté régulièrement.

La réussite de votre politique de prévention repose donc sur trois piliers fondamentaux : favorisez et motivez chaque salarié pour co-construire ensemble votre politique de prévention ; définissez des objectifs concrets, clairs et ambitieux (mais réalistes) ; associez des compétences adéquates et mobilisez toutes les acteurs susceptibles de faire avancer la situation dans la bonne direction. Il en va de la santé de vos salariés, et des performances de votre entreprise, c’est pourquoi il s’agit bien d’une question à ne laisser de côté sous aucun prétexte.