Le taux de service est un indicateur permettant d’évaluer l’efficacité globale de la chaîne de production d’une entreprise. Information très prisée du responsable de la Supply chain, il exprime aussi la qualité de la réponse apportée aux besoins de la clientèle. Voici nos conseils pour l’optimiser et rendre la gestion de votre logistique plus performante.

Le taux de service est un KPI fondamental pour l’évaluation des performances de la supply chain. Concrètement, il mesure la quantité de produits livrés comparée au volume total de commandes sur une période donnée. En mesurant la capacité de l’entreprise à livrer ses clients dans les délais prévus, le taux de service met en lumière leur satisfaction à plusieurs égards: le délai de livraison est-il respecté ? Toutes les unités commandées ont elles été livrées ? La qualité attendue était-elle au rendez-vous ?

Au quotidien, c’est aussi une bonne méthode pour vous prémunir d’un risque de rupture de stock pendant le prochain cycle de réapprovisionnement. Ainsi, vous limitez le risque de manquer une vente et améliorez les performances de votre entreprise.

Comment calculer le taux de service ?

Le calcul du taux de service s’inscrit dans une durée définie par la direction de l’entreprise. Il peut être également demandé par le client. Il est important de choisir une période suffisamment longue pour être significative et pour obtenir un reflet objectif de l’efficacité de la chaîne logistique.

Nous pouvons distinguer trois méthodes pour calculer le taux de service, chacune mettant en valeur des critères différents de la satisfaction du client. Pour y parvenir, munissez vous de la liste complète des commandes reçues durant la période souhaitée. Identifiez ensuite celles livrées dans les délais prévus, et celles livrées sans défaut.

Pour mesurer les délais dans lesquels l’entreprise a honoré les commandes de ses clients, il est possible de diviser la quantité de commandes livrées dans les délais par la quantité totale de commandes.

taux-de-service-delai

Pour prendre en compte le paramètre Qualité, vous pouvez soustraire la quantité de commandes litigieuses (matériel défectueux) au numérateur de la précédente équation. Vous obtiendrez ainsi le taux de service des commandes livrées dans les délais et en bon état.

taux-de-service-qualite

Le taux de service pondéré s’obtient en divisant le nombre total de commandes à livrer retranché des commandes en retard par la quantité totales de commandes reçues.

taux-de-service-pondere

Comment optimiser le taux de service ?

En optimisant le coût de service, vous améliorez concrètement l’efficacité globale de la chaîne de production au sein de votre entreprise. Les rendements sont tirés vers leur point optimal pour parvenir au meilleur arbitrage entre le coût des stocks et le volume de la demande.

En diminuant vos stocks disponibles, vous augmentez vos liquidités. Cependant, des ruptures de stocks moins fréquentes mettent parfois plusieurs années pour réduire le taux de perte de vos clients.

Les chefs d’entreprise sont parfois confrontés à des réactions contrastées de la demande face à la rupture de stock de différents produits. Pour certains, leur patience est longue et le délai d’approvisionnement supplémentaire n’engendre presque aucune conséquence. Pour d’autres, l’urgence se fait sentir et cela peut conduire le client à changer de fournisseur. C’est pourquoi le calcul d’un taux de service individuel pour chaque type de produit vendu peut être utile pour maintenir la compétitivité de votre entreprise.

Plusieurs méthodes existent pour optimiser le taux de service.

La première s’intitule « L’analyse ABC ». Plus un produit génère du chiffre d’affaires, plus il occupe une place prioritaire dans l’organisation de la supply chain. Il convient donc de classer les produits en fonction de leur degré de priorité :

  • Les 20% des produits les plus importants sont nommés « Produits critiques » et doivent afficher un taux de service supérieur à 95%.
  • Les 25% suivants sont nommés « Produits intermédiaires » avec des objectifs allégés, compris entre 90 et 95% par exemple.
  • Enfin, les ultimes 50% sont nommés « Produits secondaires » et supportent un taux de service compris entre 85% et 90%.

Autant qu’elle le peut, l’entreprise cherche à améliorer l’efficacité de sa supply chain, mais affecte en priorité ses efforts aux produits générant le plus de chiffre d’affaires.

La seconde méthode s’intitule « L’analyse des coûts ». Concrètement, elle consiste à comparer le coût des stocks avec celui des ruptures de stocks. Plus le coût de stockage est élevé, plus l’entreprise sera encouragée à les diminuer et donc à réduire son taux de service. Si le coût d’une rupture de stock est élevé, elle aura tendance à augmenter ses stocks pour être toujours en mesure de satisfaire la demande. La mise en comparaison des deux permet de rendre un arbitrage pour limiter les coûts pesant sur l’entreprise. Cependant, le coût des stocks et des ruptures sont souvent difficiles à estimer : frais de transport, du capital, du stockage, le risque d’obsolescence ou de péremption sont autant de variables supplémentaires qui rendent le calcul du taux de service optimal beaucoup plus complexe.

Le calcul du taux de service est l’un des KPI logistique les plus emblématiques pour analyser l’efficacité de la supply chain. Il est possible d’aller bien plus loin en s’intéressant aux autres facteurs pouvant contribuer à son efficacité et assurer la pérennité de votre entreprise.