Le transport routier de marchandises attire de nombreux travailleurs, en raison de la forte croissance du secteur. Découvrons ensemble comment intégrer la profession, et toutes les démarches à réaliser pour atteindre cet objectif.

Le secteur du transport routier de marchandises (TRM) a de beaux jours devant lui. En effet, la multiplication des échanges à l’échelle du monde, l’ouverture de nouvelles voies de communication et l’avènement des nouvelles technologies ont bouleversé ses habitudes. Dans le même temps, elles ont conduit à une intensification de la pression concurrentielle. Les entreprises de transport doivent affronter de nouvelles contraintes : pression des clients, des fournisseurs, délais de plus en plus raccourcis, nécessité d’être plus flexible, etc. Pour les salariés, cela signifie que les risques d’accidents du travail sont plus importants que dans les autres secteurs. Découvrons ensemble tout ce qu’il faut savoir avant de devenir transporteur routier de marchandises, ainsi que toutes les démarches à réaliser.

 

Qu’est-ce que le transport routier de marchandises ?

 

transport-routier-de-marchandises-flotte

 

Les transporteurs routiers de marchandises, y compris le transporteur international, sont un maillon indispensable au bon fonctionnement de l’économie. 36 000 entreprises irriguent aujourd’hui l’ensemble du territoire français, et réalisent un chiffre d’affaires estimé à 53 milliards d’euros, en 2018. Le transport routier est un vivier d’emplois très conséquent, avec plus de 400 000 salariés en France, dont 96% des emplois en CDI.

Un transporteur routier de marchandises est une entreprise commerciale spécialisée dans le déplacement de biens commerciaux, d’un point de départ jusqu’à un point de destination finale. Il s’agit d’une profession réglementée par l’Etat. Il est possible d’exercer cette activité de deux manières différentes :

  • Le transport pour compte propre consiste à exécuter un contrat ou une prestation dont l’objet (principal ou secondaire) est le transport.
  • La location de véhicules avec conducteur consiste, pour le loueur, à mettre à disposition exclusive du locataire un véhicule industriel avec personnel de conduite et à fournir les moyens nécessaires à son utilisation.

Acteur pleinement intégré dans le supply chain management, le transporteur routier opère souvent via un contrat unique avec ses clients. Il collabore avec d’autres prestataires qui réalisent des opérations de stockage ou de manutention. Ses clients sont le chargeur, ou le destinataire des marchandises transportées.

La profession attire de plus en plus d’indépendants, qui souhaitent vivre leur propre aventure entrepreneuriale. En effet, 78% des entreprises du TRM possèdent moins de 10 salariés.

 

Comment devenir transporteur routier de marchandises ?

 

transport-routier-de-marchandises-chargement

 

La délivrance de l’autorisation permettant d’exercer cette profession est soumise à plusieurs conditions fixées par les pouvoirs publics. Tout d’abord, votre société doit être immatriculée auprès du RCS (Registre du Commerce et des sociétés). Son siège social doit donc être établi sur le territoire français. Ensuite, vous devez satisfaire une exigence d’honorabilité, c’est-à-dire une absence de condamnation judiciaire entravant l’accès à la profession.

Aussi, votre capacité financière doit être jugée suffisante, grâce à des fonds propres solides et des financements suffisants. Enfin, vous devez posséder une capacité professionnelle de transport de marchandises. Ce dernier document atteste vos compétences, et est un gage de fiabilité pour vos clients.

 

Quels sont les risques liés à la profession ?

 

Saviez-vous que plus de 5 % du coût de la masse salariale des TPE est consacrée aux cotisations destinées à indemniser les victimes d’accidents du travail ou de maladie professionnelles ?

Les transporteurs routiers sont soumis à de nombreuses contraintes, synonymes de risques accrus dans l’exercice quotidien de leurs missions, en dehors du traditionnel litige de transport. Les salariés du secteur sont 2 à 3 fois plus souvent accidentés que la moyenne des salariés français. Les gravité des accidents subis est souvent supérieure. 9 accidents sur 10 ont lieu véhicule à l’arrêt, souvent au moment de prendre place ou de descendre de ce dernier.

Parmi les risques à anticiper pour les salariés, les manutentions manuelles sont parfois lourdes à supporter. Elles constituent la première cause d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Elles sont susceptibles de générer des troubles musculo-squelettiques et des lombalgies. Les chutes sont responsables de plus de 20% des accidents. Enfin, le stress et les facteurs de risques psychosociaux sont de plus en plus importants. La concentration perpétuelle pendant la conduite et l’anticipation de nombreuses tâches sont parfois lourdes à gérer.

Le secteur du transport routier de marchandises crée de l’emploi ! Depuis le premier trimestre 2008, le nombre de créations nettes d’emplois a augmenté de plus de 2%, tandis qu’elles ont largement chuté dans l’industrie manufacturière ou la construction par exemple. Il s’agit donc d’un secteur offrant de nombreuses opportunités, qu’il est nécessaire d’appréhender correctement avant de vous lancer !