Une politique environnementale permet d’approfondir le volet consacré à la protection de l’environnement selon les principes de la RSE définis par la norme ISO 14001. Formaliser les objectifs et les mesures prises témoigne du sérieux et de l’ambition portée par l’entreprise en matière de RSE. Voici comment en rédiger une à votre tour.

 

La politique RSE est souvent réduite à des préoccupations d’ordre environnementales. En réalité, il ne s’agit que d’un volet de cette politique dont les réalités sont bien plus vastes. La préservation de l’environnement est l’un des piliers de la RSE, et souvent présenté comme le plus important. C’est la raison pour laquelle de nombreuses entreprises décident de franchir un pas supplémentaire en adoptant une politique environnementale, document permettant de préciser et de formaliser l’ensemble des mesures prises pour protéger l’environnement. La combinaison de ces dernières avec des mesures sociales, sociétales et de gouvernance permettent de créer les conditions d’un développement durable autour d’un projet viable, vivable et équitable. Le présent article abordera la manière dont rédiger votre politique environnementale, quelle que soit la taille de votre entreprise ou son secteur d’activité.

 

Qu’est-ce qu’une politique environnementale ?

Une politique environnementale doit être édictée par la direction générale de l’entreprise et doit émaner de l’échelon le plus haut dans la hiérarchie. Il s’agit d’un texte, sous la forme d’articles ou d’une déclaration, recensant les mesures concrètes de l’entreprise en faveur de la protection de l’environnement.

Ce document doit être précis, avec des objectifs détaillés et chiffrés. Chaque objectif doit être assorti des mesures indispensables à mettre en pratique pour l’atteindre. Il doit être un reflet de la culture de l’entreprise, de son identité. Ce document engage et l’entreprise devra rendre des comptes à au moment des échéances. De plus, l’instauration d’un management environnemental, indispensable pour obtenir la certification ISO 14001, passe par la rédaction d’une politique environnementale.

Il est possible de vous appuyer sur un outil de gestion de l’impact environnemental d’une entreprise, aussi appelé logiciel SME (système de management environnemental). Il a pour objectif de l’aider à réduire son empreinte écologique dans le temps via un ensemble de procédures prédéfinies. De nombreux chefs d’entreprises s’inspirent des préconisations inscrites dans la norme ISO 14001 ou bien dans le règlement EMAS (Système de Management environnemental et d’audit).

norme iso 14001

Que doit contenir une politique environnementale ?

Une politique environnementale complète doit avant tout comporter des engagements. Le plus important est de faire. Pour cela, il est utile de faire figurer :

  • Un audit environnemental de l’entreprise, afin de dresser un constat de départ. Cette situation sera particulièrement utile a posteriori afin de pouvoir mesurer les progrès accomplis. Il est possible d’y ajouter un inventaire des forces et des contraintes en présence.
  • Les convictions de l’entreprise, reflets de son identité et de sa culture.
  • Une présentation claire des objectifs et des mesures associés pour les atteindre. Il est conseillé d’avoir recours à un brain storming général entre les équipes pour faire émerger le plus d’idées possibles. Le responsable désigné pour diriger la nouvelle politique environnementale arbitrera ensuite aux côtés de la direction pour retenir tout ou partie des propositions. Vous pouvez joindre les textes légaux (certifications, règlements et autres référentiels) afin de compléter vos propos.
  • Une analyse des coûts de cette politique.
  • Un engagement à tenir l’ensemble des objectifs énoncés précédemment. De nombreuses entreprises choisissent d’adopter une politique proactive, plus ambitieuse que les normes imposées par la loi.
  • Un engagement en faveur de son amélioration continue.
  • Un engagement de suivi de la tenue des objectifs en fonction du calendrier défini dans la politique environnementale. Il est conseillé d’effectuer un examen périodique qui peut être publié dans le rapport annuel RSE. Si votre politique n’est suivie d’aucun résultat, les parties prenantes penseront que vous ne prenez pas vos engagements au sérieux, et cela pourrait affaiblir votre crédibilité. Impliquez tous vos salariés et faites les participer au processus d’évaluation, tous les 6 mois ou une fois par an.
  • Un engagement de publication des rapports de suivi auprès de toutes les parties prenantes (salariés, fournisseurs, clients, partenaires financiers, actionnaires, etc.)

Selon vos objectifs, il est possible d’ajouter la présence de formations des salariés à la sensibilisation des externalités négatives des entreprises sur l’environnement par exemple.

politique environnementale

Quelles sont les étapes pour mettre en oeuvre une politique environnementale ?

La première étape consiste à rédiger clairement votre déclaration en incluant les principes énoncés précédemment. Elle doit être impérativement approuvée par le sommet de la direction générale, afin de lui donner une force certaine auprès de tous les collaborateurs.

L’étape suivante consiste à assurer une bonne communication autour de ses enjeux. Faites la connaitre à tous vos salariés en la diffusant par e-mail et en version papier. N’hésitez pas à aller à leur rencontre pour répondre à leurs questions et convaincre les plus réfractaires.

Enfin, une politique environnementale ne doit pas être totalement figée dans le temps, et doit pouvoir supporter quelques corrections à la marge. Chaque rapport de suivi est l’occasion d’une mise à jour, et d’une éventuelle révision des objectifs.

 

La rédaction d’une politique environnementale permet donc de clarifier et de formaliser l’engagement de votre entreprise en faveur de la protection de la planète. Il s’agit d’un avantage concurrentiel suscitant la confiance de toutes les parties prenantes. Elle permet par conséquent d’encourager directement la croissance de vos activités.